jeudi , 4 mars 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Relance économique hors hydrocarbures</span>:<br><span style='color:red;'>Mise en place d’une feuille de route pour sortir de la dépendance</span>

Relance économique hors hydrocarbures:
Mise en place d’une feuille de route pour sortir de la dépendance

Le premier rapport sur la relance économique qui retrace les objectifs et la feuille de route du plan de relance économique (2020-2024), initié par le Président de la République pour sortir le pays de la dépendance économique quasi-totale aux hydrocarbures, vient d’être élaboré par le ministère délégué chargé de la Prospective.

En effet, le rapport en question détaille les réformes programmées permettant d’augmenter la croissance économique de manière graduelle mais durable. «Le Président de la République en a délimité son périmètre et les délais de son exécution (du plan de relance économique)», note le rapport qui rappelle les «objectifs ambitieux» fixés dans ce sens, comme la réduction des importations de 10 milliards de dollars USD dès 2020 et la réalisation d’au moins 5 milliards de dollars d’exportations hors hydrocarbures en 2021.
M. Tebboune avait lui-même, soulignons-le, défini les secteurs porteurs qui doivent être les moteurs de la croissance en Algérie, à savoir les mines, l’agriculture saharienne, l’industrie pharmaceutique, les énergies renouvelables, et les start-up et micro-entreprises en matière de services technologiques et petite industrie, note le document. Ainsi, trois nouveaux leviers de la croissance économique ont été ainsi identifiés dans ce plan dont les grandes lignes ont été dévoilées lors de «la Conférence Nationale sur le Plan de Relance Economique», tenue les 18-19 août dernier, et qui a vu l’organisation de 11 ateliers thématiques.
Ces ateliers ont permis, grâce à leurs recommandations, la mise en place, en septembre, d’un cadre méthodologique pour le suivi et l’évaluation de ce plan de relance dont le suivi est assuré par le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de la Prospective, rappelle encore le rapport.
Les nouveaux leviers de croissance sont, résume le rapport, le développement industriel, à travers une meilleure valorisation des ressources naturelles et la prise en compte des impacts environnementaux dans une logique de développement durable, l’entreprenariat et les Investissements Directs Etrangers (IDE), en tirant profit de la relocalisation dans le cadre de la régionalisation des chaînes de valeurs. Des leviers soutenus par un certain nombre de mesures définies comme étant des facteurs de succès de ce plan.
Il s’agit, entre autres, de l’amélioration du climat d’investissement, la dépénalisation de l’acte de gestion, la non-discrimination entre les secteurs public et privé, la promotion de nouveaux instruments de financement, la numérisation de tous les secteurs pour une nouvelle gouvernance économique et une plus grande transparence de l’action publique, énumère le ministère dans son rapport.

Des études prospectives pour mieux «anticiper l’avenir»
Le développement économique escompté doit également être «inclusif, c’est-à-dire être porté par le plus grand nombre d’acteurs avec une juste répartition des opportunités de participer à la croissance». Les infrastructures, notamment celles relatives à la chaîne logistique des entreprises, sont, en outre, un facteur de compétitivité important à développer pour se projeter à l’international. Leur financement «peut se faire à travers des Partenariats Public-Privé (PPP) afin de s’assurer que ces projets s’autofinancent tout en s’assurant d’une forte qualité de service», selon le rapport qui met également l’accent sur le chantier de la réforme financière et bancaire.
Pour ce qui est du financement du plan, le document fixe quatre créneaux potentiels à savoir le financement budgétaire, monétaire, marchés financiers, partenariats publics privés, en plus de la création de «banques de développement» dont l’une des missions consiste à lever les fonds permettant la réalisation des projets structurants.
Dans son rapport, le ministère de la Prospective a d’abord procédé à un état des lieux de l’économie nationale durant la dernière décennie (2009-2019) avant d’arriver à l’année 2020, avec une analyse chiffrée de l’impact économique et social du Covid-19 dans le monde en général et en Algérie en particulier.
Le rapport avance, par ailleurs, les perspectives des principaux indicateurs macroéconomiques du pays à l’horizon 2025 et présente, enfin, trois études prospectives entreprises par le ministère pour mieux «anticiper l’avenir». Il s’agit d’études inédites sur la sécurité alimentaire du pays, sur la sécurité énergétique et enfin sur le capital humain et la jeunesse.
Noreddine Oumessaoud