dimanche , 25 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Tribunal de Chéraga (Alger)</span>:<br><span style='color:red;'>«Mme Maya» condamnée à 12 ans de prison ferme</span>

Tribunal de Chéraga (Alger):
«Mme Maya» condamnée à 12 ans de prison ferme

Le verdict dans l’affaire Maya, qui a défrayé la chronique depuis plusieurs jours aussi bien sur la scène médiatique que judiciaire et ayant fait couler beaucoup d’encre, a été prononcé, hier, par le Tribunal de Chéraga (Alger).

Poursuivie pour un certain nombre d’affaires liées principalement aux actes de corruption, la principale accusée dite Mme Maya, de son vrai nom Nachinache Zoulikha-Chafika, a été condamnée par le même Tribunal à 12 ans de prison ferme, peine assortie d’une amende de 6 millions de DA et de la saisie de ses biens.
Des membres de sa famille ont été également poursuivis et condamnés dans la même affaire qui porte son nom. Il s’agit de ses deux filles, Imène et Farah, qui écopent chacune 5 ans de prison ferme avec une amende de 3 millions de DA et la saisie des biens.
Impliqué également dans le même dossier, l’ancien ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Ghazi, qui était wali de Chlef à l’époque des faits qui lui ont été reprochés, a été condamné à 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA, et son fils Chafie à 2 ans de prison ferme et une amende de 500 000 DA.
La même juridiction a condamné l’ancien wali d’Oran, Abdelghani Zaalane, et l’ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, tous les deux, à 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA chacun. Impliqués dans la même affaire, les deux investisseurs et entrepreneurs, Belaid Abdelghani et Ben Aicha Miloud ont été condamnés respectivement à 7 et 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA chacun. Par ailleurs, le tribunal de Chéraga (Alger) a condamné l’ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui (en fuite à l’étranger), à 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA et la saisie des biens et le lancement d’un mandat d’arrêt international à son encontre.
En plus de la sentence d’emprisonnement, Mme Maya et ses deux filles doivent, selon le verdict, verser 600 millions de DA de dédommagement au Trésor public. La défense a décidé de faire appel du jugement.
Il convient de rappeler que le procureur de la République près la Cour de Chéraga avait requis une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de 6 millions de DA contre Nachinache Zoulikha-Chafika, et des peines de 15 ans de prison ferme assorties d’une amende d’un million de DA contre Mohamed Ghazi et Abdelghani Zaalane.
Aussi, des peines de 10 ans de prison ferme assorties d’une amende de 6 millions de DA ont été requises contre les deux filles de «madame Maya», Imène et Farah.
Par ailleurs, une peine de 12 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA a été requise contre l’ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel. Des peines allant de 5 à 12 ans de prison ferme ont été requises contre les cinq autres accusés dont Chafie Ghazi, le fils de Mohamed Ghazi (5 ans et une amende de 500 mille DA), et l’ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui, qui se trouve en situation de fuite à l’étranger (10 ans et une amende d’un million de DA).
Il convient de rappeler que la défense de la partie civile avait estimé les pertes causées au Trésor public dans cette affaire à plus d’un milliard de DA. Invités à s’exprimer, les accusés ont tous plaidé leur innocence et affirmé leur confiance en la justice algérienne.
Pour ce qui est des chefs d’inculpation pour lesquels ont été poursuivis les accusés, il s’agit notamment de «blanchiment d’argent», «trafic d’influence», «octroi d’indus avantages», «dilapidation de deniers publics», «incitation d’agents publics pour l’octroi d’indus avantages» et «transfert illicite de devises vers l’étranger».
Samir Hamiche