mercredi , 28 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Nazih Berramdane depuis Saïda</span>:<br><span style='color:red;'>Nécessité de rétablir la confiance entre la société civile et les institutions de l’Etat</span>

Nazih Berramdane depuis Saïda:
Nécessité de rétablir la confiance entre la société civile et les institutions de l’Etat

Le conseiller auprès du président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane a insisté, samedi à Saïda, sur la nécessité de rétablir la confiance entre la société civile et les institutions de l’Etat pour l’édification de l’Algérie nouvelle.

«Nous devons recouvrer cette confiance entre la société civile et les institutions de l’Etat pour pouvoir édifier une Algérie nouvelle et consacrer une démocratie participative réelle», a souligné Nazih Berramdane lors d’une rencontre avec les représentants du mouvement associatif local à la salle des congrès de Saïda, consacrée à l’enrichissement des propositions de travail associatif dans le domaine réglementaire et juridique. «L’intérêt qu’accorde le président de la République, Abdelmadjid Tebboune aux associations et à la société civile est un message au mouvement associatif et une valorisation de leur position aux côtés des institutions de l’Etat, notamment durant la période exceptionnelle de la propagation de la pandémie du Covid-19», a-t-il déclaré. Berramdane a indiqué que «les efforts déployés par les acteurs de la société civile durant cette période exceptionnelle a grandement contribué à alléger le fardeau sur les institutions de l’Etat dans sa lutte contre cette épidémie».
Il a réaffirmé, à l’occasion, la volonté politique exprimée par le président de la République pour la promotion le rôle de la société civile et le renforcement de sa relation avec les institutions de l’Etat, dans le cadre de bases démocratiques participatives, pour servir l’intérêt général du pays. Le conseiller auprès du président de la République a écouté, durant cette rencontre consultative, qui vise à faire participer les acteurs de la société civile dans les efforts de développement du pays, les représentants de la société civile locale, qui ont fait part de leurs idées, de leurs préoccupations et de leurs propositions, qui «seront étudiées sérieusement et développées dans le but de concrétiser une stratégie nationale pour l’encadrement de la société civile pour sa participation dans la construction d’une nouvelle dynamique».
Parmi les propositions émises par les intervenants, celle de faire participer le mouvement associatif à la prise de décisions décisives pour que les associations deviennent un trait d’union entre le citoyen et les décideurs.