lundi , 18 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Mostaganem</span>:<br><span style='color:red;'>Opération vente de vignettes autos et l’état des routes</span>
© D.R

Mostaganem:
Opération vente de vignettes autos et l’état des routes

L’opération vente de vignettes automobiles a été lancée le premier du mois courant et se poursuivra jusqu’au trente et un de ce mois, à travers le territoire national.

Plus de six millions de véhicules, que compte le pays sont concernés. Dans la wilaya de Mostaganem, cent trente mille vignettes ont été réparties entre les recettes de finances et les bureaux de poste, pour leur vente aux propriétaires de voitures automobiles.
Une recette de trente neuf milliards de centimes ou plus, est attendue pour la wilaya. Une partie de la recette est destinée aux collectivités publiques et 20% au fonds national pour l’entretien des routes. Cependant, les routes de wilaya sont à plus de 30% en mauvais état et les chemins communaux sont à plus de 40% dans un état dégradé. Ce qui provoque le mécontentement des automobilistes.
En effet, le mauvais état des routes, surtout dans les agglomérations, fait dire aux automobilistes, très souvent en colère, «que font les pouvoirs publics avec l’argent des vignettes» ? Nos véhicules se dégradent et perdent de leur valeur. Les routes menant aux douars, sont presque impraticables.
Aussi, indiquons que la réhabilitation des routes, se fait dans la plupart des cas d’une manière insatisfaisante, c’est-à-dire en dehors des normes, même quand il s’agit de la pose de tapis, très vite, des dégradations apparaissent ici et là. La négligence de certains responsables véreux et d’entrepreneurs assoiffés d’argent et malhonnêtes, fait que la réalisation de routes, leur réhabilitation se font sans respect des normes, au détriment des usagers de la route.
Combien de fois, des taxieurs refusent de transporter des clients à certains endroits dont les accès sont défectueux.
En ces moments de crise financière, des contrôles rigoureux doivent être effectués par des commissions spéciales pour s’assurer du bon travail, en vue de stopper les gaspillages et les magouilles dans les opérations d’aménagement et de réhabilitation des routes. C’est du moins le souhait de plus d’un.
Charef.N