samedi , 24 juillet 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Loin des klaxons et des bouchons</span>:<br><span style='color:red;'>Oran une ville fantôme les jours de l’Aïd</span>
© Ouest Tribune

Loin des klaxons et des bouchons:
Oran une ville fantôme les jours de l’Aïd

Oran était une ville fantôme lors de la première journée de l’Aïd El Adha. En effet, les klaxons et les encombrements de circulation ont disparu durant une journée. Laissant place à des routes quasiment vides. «Habituellement c’est comme ça le jour de l’Aïd El Adha.

Les citoyens sont occupés par le sacrifice des moutons donc ils se déplacent rarement durant la première journée» nous dira un citoyen. Avant qu’un autre ajoute: «les gens sont fatigués après le déjeuner, donc ils se reposent, c’est pourquoi la ville est pratiquement vide». Dans une tournée que nous avons effectuée durant la première journée, les visites familiales étaient très rares. Il est observé que les citoyens se méfient à cause de la situation sanitaire actuelle marquée par une augmentation des cas de contamination au virus delta. Beaucoup préfèrent donc échanger les vœux par téléphone ou sur les réseaux sociaux.
Par ailleurs, les agents de propreté étaient sur le terrain pour la collecte d’énormes quantités de déchets générés lors de cette fête religieuse. Le nombre des bus était très minime vu le faible flux des citoyens. Les seuls bus qui circulaient étaient quasiment vides. Ceci qui reflète que les Oranais ont préféré durant la première journée de la pandémie rester chez eux.
Nous avons également observé quelques patrouilles de police qui sillonnaient les rues pour assurer la quiétude des citoyens. Pour les magasins, beaucoup d’entre eux ont baissé rideau lors de la première journée, alors que d’autres ont ouvert leurs portes durant l’après-midi.
Fethi Mohamed