mardi , 2 mars 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Stratégie SH-2030</span>:<br><span style='color:red;'>Ould-Kaddour veut miser sur la communication</span>
© D.R

Stratégie SH-2030:
Ould-Kaddour veut miser sur la communication

A entendre le patron du géant gazier et pétrolier national affirmer qu’«il faut travailler ensemble pour atteindre les objectifs fixés, en consolidant les liens de communication», on devine tout l’intérêt accordé à cet aspect des choses, avec en prime un gain substantiel en matière de débat démocratique autour du fleuron économique national.

Le PD de la Sonatrach Abdelmoumen Ould Kaddour, ajoute un nouveau élément qu’il considère comme primordial, dans la stratégie 2030 de la compagnie qu’il dirige. Il s’agit de la communication qui, faut-il le souligner, a souvent manqué dans la politique du groupe public. Le propos de M.Ould Kaddour, à Hassi Messaoud, où il était en visite de travail, met en évidence la nécessaire implication de l’opinion publique dans l’effort d’explication de la vision lointaine de l’entreprise. Il est évident que la question du gaz de schiste justifie amplement la nouvelle posture de la compagnie nationale des hydrocarbures. C’est certainement dans cette perspective d’éviter toute confrontation stérile avec l’opinion nationale, que le PDG de la Sonatrach a mis l’accent sur l’importance «de la communication et le travail commun pour atteindre les objectifs fixés par la stratégie de l’entreprise à l’horizon 2030», histoire de marquer la nouvelle orientation du pavillon pétrolier national, lequel, quoi qu’en dise, appartient principalement à la collectivité nationale. Cette question, abordée en marge d’une conférence sur la présentation de la stratégie de la Sonatrach «SH-2030» tenue à la base du 24 février dans le cadre d’une visite de terrain, verra son importance grandir jusqu’à se placer comme un préalable à toute démarche économique de la Sonatrach. Et à entendre le patron du géant gazier et pétrolier national affirmer qu’«il faut travailler ensemble pour atteindre les objectifs fixés, en consolidant les liens de communication», on devine tout l’intérêt accordé à cet aspect des choses, avec en prime un gain substantiel en matière de débat démocratique autour du fleuron économique national. «Les éléments de réussite sont entre nos mains», dira M. Ould Kaddour, visiblement convaincu des capacités et des compétences de la Sonatrach et de la société algérienne à trouver une voix commune, garantissant le développement de l’économie nationale, couplée à l’épanouissement social et sociétal.
Le premier pas de cette démarche volontariste en terme de communication, est illustrée par la conférence de Hassi Messaoud qui «a pour objectif de montrer les efforts faits, durant les 14 mois derniers pour lancer une stratégie à long terme et définir ce qu’il y a lieu de faire, les objectifs à atteindre, les moyens à mettre en œuvre et les gens devant nous accompagner dans ce développement», a souligné le PDG, révélant que d’autres initiatives de plus grande ampleur seront prises pour toucher un maximum d’algériens.
Outre l’importance de la communication, le PDG de la Sonatrach s’est également arrêté sur des réalisations de l’entreprise, à l’image de la sonde école relevant de l’entreprise Enafor qui est une filiale de la Sonatrach. M.Ould Kaddour s’est rendu, ensuite, à l’unité des équipements tubulaires, «mis en service en 1975 à la Sonatrach-Direction des travaux pétroliers et qui a pour mission principale la prise en charge de l’inspection et la réparation de l’ensemble des garnitures de forage en service sur ses appareils», rapporte un communiqué de l’entreprise. Il faut savoir que cette unité dispose actuellement d’une infrastructure considérable étalée sur une surface de plus de 75 ha totalisant 3 ateliers principaux, selon sa fiche technique.
Alger: Smaïl Daoudi