jeudi , 29 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Alors que Tliba a été condamné à 8 ans de prison ferme</span>:<br><span style='color:red;'>Ouverture hier des procès des Kouninef, Djamel Ould Abbès et Saïd Barkat</span>

Alors que Tliba a été condamné à 8 ans de prison ferme:
Ouverture hier des procès des Kouninef, Djamel Ould Abbès et Saïd Barkat

Plusieurs affaires dans lesquelles sont impliqués d’anciens hauts responsables et hommes d’affaires, poursuivis notamment pour les griefs de corruption et dilapidation des derniers publics, entre autres, ont été examinées, hier, par le Tribunal de Sidi M’hamed, à Alger.

Il s’agit des deux anciens ministres de la Solidarité nationale, Saïd Barkat, Djamel Ould Abbès, le fils de ce dernier, Iskander Ould Abbès, le député FLN Baha Eddine Tliba et les frères Kouninef. Le même tribunal a également auditionné Kheladi Bouchenak, ex-secrétaire général du ministère de la Solidarité nationale.
Alors qu’au cours de la journée d’hier, les procès de Saïd Barkat, Djamel Ould Abbès et des frères Kouninef ont été ouverts, le député FLN, Baha Eddine Tliba a été condamné par la même juridiction à une peine de 8 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 millions de DA.
Celui qui fut aussi ancien vice-président de l’Assemblée populaire nationale (APN) est poursuivi dans plusieurs affaires de corruption dont infraction à la règlementation de change et des mouvements des capitaux de et vers l’étranger.
Également impliqué dans l’affaire de Baha Eddine Tliba, Iskander Ould Abbès, fils de Djamel Ould Abbès, a écopé, quant à lui, de la même peine.
Par ailleurs, l’autre fils de l’ancien SG du FLN, El Ouafi Ould Abbès, en fuite, a été condamné par contumace à 20 ans de prison ferme en plus de l’émission à son encontre d’un mandat d’arrêt international pour les mêmes chefs d’inculpation, en sus de l’obtention d’indus avantages.
L’ex-secrétaire général du ministère de la Solidarité nationale, Bouchnaq Khelladi a été condamné à une peine de deux (02) ans de prison assortie d’une amende de 200.000 DA, tandis que Mohamed Habchi a été acquitté des charges retenues contre lui. Il est poursuivi pour les mêmes accusations, en sus de l’abus de pouvoir.
À signaler dans ce cadre qu’à propos des réquisitoires du procureur de la République, le Parquet général avait requis, lors du procès, une peine de 10 ans de prison ferme contre Tliba et Skander Ould Abbès tandis qu’une peine maximale a été requise contre son frère El Ouafi. Il a également requis 3 ans de prison ferme à l’encontre de Bouchnaq et Mohamed Habchi.
Par ailleurs, le Tribunal de Sidi M’hamed a aussi ouvert le procès des trois frères Kouninef, poursuivis pour des affaires liées essentiellement à la corruption et blanchiment d’argent, entre autres.
Les frères Kouninef qui disposent d’entreprises dans divers secteurs d’activité, sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont «trafic d’influence», «blanchiment d’argent», «obtention d’indus avantages», «détournement de fonciers et de concessions», et «non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics».
Alors que les frères Réda, Abdelkader-Karim et Tarek Kouninef ont été placés sous mandat de dépôt le 24 avril 2019, leur sœur, Souad-Nour, en fuite à l’étranger, ainsi que le gérant du groupe KouGC dont ils sont propriétaires, Keddour Ben Tahar, sont impliqués aussi dans l’affaire.
En plus des Kouninef, le Tribunal de Sidi M’hamed a également auditionné d’autres accusés impliqués dans diverses affaires de la fratrie.
Ainsi, les principaux accusés comparaissent avec dix autres prévenus en liberté, essentiellement des cadres des ministères de l’Industrie, de l’Agriculture, de l’Hydraulique, de l’Energie et des Télécommunications ainsi que d’autres secteurs où le groupe KouGC a obtenu des marchés.
À rappeler que le procès des frères Kouninef avait été reporté le 2 septembre dernier pour la journée d’hier sur demande de la défense des prévenus.
Le collectif de défense a justifié la demande du report du procès par «l’impossibilité» pour les avocats d’avoir accès à des dossiers et autres documents jugés «nécessaires au bon déroulement du jugement», selon l’argumentaire de la Défense. La juge avait donné instruction à l’effet de permettre à la Défense d’accéder aux documents réclamés.
Il convient de signaler qu’en plus des procès de Baha Eddine Tliba et des frères Kouninef, celui de Djamel Ould Abbès et Saïd Barkat a débuté hier dans la même juridiction.
Également impliqué dans l’affaire des deux anciens ministres de la Solidarité nationale, Kheladi Bouchenak, ex-secrétaire général du même département ministériel a été auditionné par le Tribunal de Sidi M’hamed.
Il est poursuivi pour «détournement du fonds de solidarité au profit d’associations fictives et d’équipements destinés aux communes déshéritées» et de «détournement de biens publics» et «octroi de marchés de manière non conforme à la législation».
Les trois principaux accusés sont en détention. Une vingtaine de personnes en liberté sont jugées dans cette affaire.
Samir Hamiche