dimanche , 14 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Affaire de Ali Haddad </span>:<br><span style='color:red;'>Plusieurs anciens ministres auditionnés prochainement </span>

Affaire de Ali Haddad :
Plusieurs anciens ministres auditionnés prochainement 

La justice reprendra incessamment l’examen d’autres volets des dossiers de corruption dans lesquels sont impliqués ministres, hauts fonctionnaires et hommes d’affaires.

Après avoir examiné le dossier de corruption lié au montage automobile et financement occulte de la campagne électorale de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika où des peines allant jusqu’à 20 ans de prison ferme avaient été prononcées, la justice poursuivra l’examen d’autres affaires. Ainsi, dans les prochains jours, au moins cinq anciens ministres dont les anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal vont être auditionnés par la justice dans l’affaire de l’homme d’affaires Ali Haddad.
En plus de l’ancien président du FCE, des membres de sa famille vont aussi être auditionnés dans la même affaire. Selon le média Ennahar, en tout, 24 personnes sont impliquées dans le dossier lié au patron de ERTBH, qui se trouve en prison depuis plusieurs mois. Selon la même source, en plus des quatre frères d’Ali Haddad, les anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal sont aussi impliqués.
Trois autres ex-ministres sont également accusés dans l’affaire dite «Ali Haddad » à savoir : l’ancien ministre des Transport, Amar Tou, l’ancien ministre des Finances Karim Djoudi et l’ancien ministre des Transport et des Travaux publics Abdelghani Zaalane.
À en croire la même source, la justice convoquera aussi l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, l’ancien wali d’El Bayadh, Djamel Khanfar, et des cadres des secteurs de l’industrie, le transport et l’agriculture dont le directeur général l’Agence nationale de développement de l’investissement.
D’autres accusés seront également appelés à la barre comme le directeur général de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires, le chargé de gestion au sein de l’Agence nationale des autoroutes (ANA) et le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya de Tizi-Ouzou, entre autres.
Il est à rappeler qu’Ali Haddad a été déjà condamné par le Tribunal de Sidi M’hamed à 7 ans de prison ferme dans le dossier de montage automobile et financement occulte de la campagne électorale de l’ex-président Abdelaziz Bouteflika.
Dans cette affaire, c’est l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, qui a écopé de la peine la plus lourde, en plus d’un mandat d’arrêt international, jugé par contumace étant donné que le prévenu se trouve actuellement à l’étranger, en fuite.
De même, l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia a écopé de la peine de 15 ans de prison ferme.
Il est suivi d’un autre ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal en l’occurrence, qui a été condamné, quant à lui, à 12 ans de prison ferme. Ce dernier est tenu également de s’acquitter d’une amende de 100 millions de centimes.
En effet, les deux anciens Premiers ministres ont été poursuivis pour dilapidation de deniers publics, octroi d’indus avantages et abus de fonction dans l’affaire de montage automobile.
Rappelons aussi que les deux anciens ministres de l’Industrie Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, ont été condamnés à 10 ans de prison ferme. L’homme d’affaires Ahmed Mazouz a été condamné à 7 ans de prison ferme. Quant à l’homme d’affaires Hassan Larbaoui, propriétaire de KIA, il a été condamné à 6 ans de prison ferme et la peine de 3 ans de prison ferme a été prononcée contre le Pdg du groupe IVAL, Mohamed Bairi.
Samir Hamiche