jeudi , 29 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>En raison de l’absence de la défense</span>:<br><span style='color:red;'>Plusieurs procès d’hommes d’affaires reportés</span>
© Archives

En raison de l’absence de la défense:
Plusieurs procès d’hommes d’affaires reportés

Suite à l’absence de la défense du Collectif de défense, la Cour d’Alger a reporté, hier, le verdict du procès de Mourad Oulmi, poursuivi dans l’affaire liée au montage automobile, au 10 octobre prochain.

Le collectif de la défense s’est absenté à l’audience suite à la décision du Barreau d’Alger de boycotter les audiences et le travail judiciaire pendant une semaine. Sont poursuivis dans cette affaire, d’anciens ministres, à leur tête, les anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, à l’encontre desquels, une peine de 15 ans de prison ferme avait été requise, tandis qu’une peine de 10 ans de prison assortie d’une amende de 2 millions de Da avait été requise à l’encontre de l’ancien ministre de l’Industrie, Youcef Yousfi. Ainsi, une peine de 15 et 12 ans de prison ferme avait été requise respectivement contre Mourad Oulmi, patron du groupe Sovac, et Khidher Oulmi.
Une peine de 3 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA avait été requise contre l’ex-PDG du Crédit populaire algérien (CPA, Omar Boudiab) et des cadres de la banque et du secteur de l’industrie, impliqués dans l’affaire. Il avait été aussi demandé la saisie des biens et le gel des activités des entreprises (personnes morales) impliquée dans l’affaire avec une amende de 32 millions de DA pour chacune. Les accusés sont poursuivis dans l’affaire Sovac pour les chefs d’accusation en lien avec la corruption, notamment blanchiment d’argent, corruption, abus de pouvoir et pressions sur des fonctionnaires publics pour l’obtention d’indus avantages.
Par ailleurs, le procès de Nachinachi Zoulikha-Chafika, dite «Maya», jugée pour des affaires de corruption, a été reporté mercredi par le Tribunal de Chéraga (Alger) au 7 octobre prochain. Le report est dû au boycott de l’audience par la défense en application de la décision de l’Union des barreaux d’Alger relative à la suspension des plaidoiries et du travail judiciaire pendant une semaine à compter de dimanche (27 septembre).
Le procès avait déjà été reporté deux fois au cours du mois d’août passé, à la demande de la défense. L’affaire de Nachinachi Zoulikha-Chafika (connue comme étant Madame Maya), concerne aussi ses deux filles, ainsi que Abdelghani Zaalane et Mohamed Ghazi, poursuivis respectivement en qualité d’ex walis d’Oran et de Chlef, et l’ancien directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel.

Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté au 21 octobre prochain

Les griefs retenus contre les accusés sont notamment «blanchiment d’argent», «trafic d’influence», «octroi d’indus avantages», «dilapidation de deniers publics», «incitation d’agents publics pour l’octroi d’indus avantages» et «transfert illicite de devises vers l’étranger». Au début de la séance, Mohamed Ghazi a demandé au juge d’être mis en liberté provisoire pour des raisons de santé. Le juge a indiqué que le Tribunal étudiera cette demande.
La Cour d’Alger a reporté également hier le procès en appel de Mahieddine Tahkout au 21 octobre 2020 en raison de l’absence d’un des accusés (Abdelghani Zaâlane).
Mahieddine Tahkout a été condamné en première instance à une peine de 16 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8.000.000 Da, pour des chefs d’accusation liés à la corruption, au blanchiment d’argent et à l’obtention d’indus privilèges. D’anciens cadres et ministres, dont les anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, sont également poursuivis dans la même affaire.
Noreddine Oumessaoud