vendredi , 27 mai 2022

Pour être crédible il faut être juste

Les grands spécialistes des relations internationales, les grands stratèges de la guerre, les grands professeurs des grandes universités, les grands journalistes spécialisés, les docteurs des grandes think- thanks et tout ce que compte le grata intellectuel du monde occidental, nous ont chaufé les oreilles pendant des jours et des jours et pratiquement 24 heures sur 24 heures par leur science infuse, martelant avec grande conviction que Vladimir Poutine va profiter de son discours du 9 mai pour déclarer la guerre officiellement à l’Ukraine et surtout menacer l’Occident d’une guerre totale.
Il n’en fut absolument rien. Le discours du président russe a été tout autre. Poutine a au contraire appelé à tout faire pour qu’une «nouvelle guerre globale ne se répète pas». Encore une preuve, s’il en faut, qui tord le coup à ces scénarios catastrophiques de cette campagne médiatique ultra- violente et mensongère des médias occidentaux qui ne sont que le miroir de la stratégie des grandes capitales occidentales, à leur tête Washington, qui veut faire de cette guerre en Ukraine, l’opportunité d’affaiblir militairement Moscou, au même moment qu’une autre guerre plus soft est dirigée contre Pékin pour l’affaiblir économiquement.
Le monde occidental a sorti tout son arsenal médiatique pour «raconter» cette guerre à sa manière et au seul profit de ses intérêts actuels mais surtout futurs. Jamais guerre, depuis la deuxième guerre mondiale, n’a été aussi médiatisée. Et surtout on a découvert un Occident qui a subitement tourné le dos à ses supposés grands idéaux démocratiques de justice et de liberté d’expression. Tout autre point de vue que celui de la logique occidentale est tué dans l’œuf. La fermeture de la télévision internationale russe RT un peu partout dans le monde en est une preuve parmi tant d’autres.
Pourtant des guerres et des exactions il y en a ailleurs et depuis longtemps d’ailleurs, à commencer par la barbarie sans nom exercée par l’entité sioniste sur le peuple palestinien. Mais ceci n’intéresse pas ce monde occidental qui se prétend juste, alors qu’il laisse faire et soutient même cette barbarie. Et que ce cri de détresse du Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh qui a déclaré, ce dimanche, que «les crimes horribles commis par les soldats de l’occupation israélienne contre notre peuple nécessitent une intervention d’urgence de la communauté internationale, pour mettre fin au terrorisme organisé de l’occupation et fournir une protection internationale à notre peuple», reste un cri inaudible dans ce monde qui désigne les bourreaux et les victimes à sa guise et selon ses intérêts.
Pour la Palestine comme pour l’Irak, la Libye ou la Syrie, les Occidentaux n’ont pas été justes et donc ils ne peuvent être en aucun cas crédibles.
Par Abdelmadjid Blidi