vendredi , 7 mai 2021

...:
Pourquoi ils ont osé

La décision a été qualifiée de provocation. Mais il faut bien dire que «provocation» est un doux euphémisme, car, il s’agit-là d’une déclaration de guerre bien assumée par la nouvelle administration américaine. En effet, après avoir proclamé à la fin de l’année passée, Jérusalem capitale de l’entité sioniste, voilà que l’équipe Trump accélère l’agenda et décide de transférer son ambassade à la ville sainte, le 14 mai prochain.
Une date soigneusement choisie pour faire ce cadeau à Nétanyahou le jour du 70e anniversaire de la proclamation de l’Etat juif, mais aussi et surtout la veille de la nakba. Ainsi, on ne s’embarrasse plus des manières et on ne cache plus son parti pris. Les Américains ont fait clairement leur choix et ont clairement défini qui est l’allié et qui est l’ennemi. On ne se gène plus de fouler à terre les résolutions onusiennes, malgré que le consensus international veut que le statut de Jérusalem ne sera déterminé qu’au terme des négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens.
Dans cette histoire, l’administration américaine ne reconnaît plus qu’une seule partie, c’est-à-dire Israël et ignore totalement les Palestiniens qui ne peuvent plus que subir l’histoire. Du moins, celle que voit Trump. Mais il faut se poser la bonne question de savoir pourquoi et comment les Américains ont osé une telle décision. Il ne faut pas croire que dans cette administration il n’y a que des fous furieux comme le locataire de la Maison Blanche. Non il y a des gens sensés qui analysent. Et ils ont vite compris qu’en face il n’y a rien. En effet, l’annonce de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, n’a soulevé chez les régimes arabes que des réactions molles et insipides. Les Américains qui craignaient un tout petit peu, que leurs alliés arabes pourraient taper sur la table, n’ont rien vu venir. Quelques petits gémissements, des réunions bidon au niveau de la Ligue arabe. Et puis rien, absolument rien.
Donc, pourquoi attendre alors que le chemin de la traîtrise est grand ouvert.
Les Arabes ont vendu leur première cause et tourné le dos à la cause palestinienne. Les Américains l’ont bien compris. Il y a plus que nous qui en doutons encore. Ou faisons semblant d’y croire encore.
Par Abdelmadjid Blidi