mardi , 19 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Meriem Cherfi</span>:<br><span style='color:red;'>Prise en charge de 800 enfants victimes d’exploitation économique</span>

Meriem Cherfi:
Prise en charge de 800 enfants victimes d’exploitation économique

L’Instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance a pris en charge 800 enfants victimes d’exploitation économique dont des alertes ont été émises à leur sujet entre 2018 et 2021, a indiqué mercredi à Mascara sa présidente Meriem Cherfi.

Lors d’une journée d’information sur «l’exploitation économique des enfants’, organisée par le direction de l’emploi de la wilaya avec l’université «Mustapha Stambouli’ de Mascara, Mme Cherfi a indiqué que l’Instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance a pris en charge, en collaboration avec des instances concernées, 800 enfants victimes d’exploitation économique (travail des enfants), après que la cellule de réception des notifications auprès de l’instance ait reçu des alertes à leur sujet sur le numéro vert (1111). «L’Etat algérien, avec ses différentes institutions, notamment à travers l’instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, veille à empêcher toutes les formes de violence contre l’enfance, dont son exploitation économique, partant de ses principes et sa religion, ainsi que ses engagements dans les accords internationaux signés dans ce domaine’, a-t-elle souligné, affirmant que l’Algérie, qui classifie l’exploitation économique des enfants parmi les plus grands dangers les menaçant, applique tous les engagements internationaux et contribue, périodiquement, à l’élaboration de rapports sur la lutte contre le travail des enfants. Meriem Cherfi a indiqué que la cellule de réception des notifications au niveau de l’Instance nationale pour la protection et la promotion de l’enfance, composée de juristes, de sociologues et de psychologues, entre autres, a traité, entre avril 2018 et octobre en cours, 2,5 millions d’alertes à travers le numéro vert (1111), dont certaines contenaient des plaintes sur des maltraitances d’enfants. Dans ce cadre, elle a fait savoir que 7.200 cas d’atteinte aux droits des enfants ont été pris en charge, concernant la maltraitance, la négligence et l’agression sur des enfants, soulignant que quelques cas ont été confiés aux juges des mineurs au niveau de la justice pour y statuer.