mercredi , 2 décembre 2020

Restauration de statues: Qui décide de quoi ?

Selon le directeur du Théâtre régional d’Oran «Abdelkader Alloula», cité par l’agence APS, une opération de restauration des statues de ce bel édifice sera confiée à un expert tchéque, «spécialisé dans la restauration de la pierre». Le responsable de l’établissement culturel précise que l’expert tchèque Karol Bayer, «spécialisé dans la restauration de la pierre», a été désigné pour effectuer dans un premier temps le diagnostic des cinq statues que compte le TRO, afin d’analyser leur état et de «trouver le processus adéquat pour les restaurer». Il est vrai que Karol Bayer, très peu connu dans le monde de la restauration des sculptures anciennes, enseignant au Département des sciences de la restauration de l’Université de Pardubice à Prague, est un analyste des matériaux composant de vieilles structures ou objets à caractère historique. Selon la même source, l’expert tchèque aurait, dit-on, commencé le travail de diagnostic devant durer quelques jours au niveau du TRO. La restauration proprement dite est quant à elle «programmée après l’ouverture des frontières aériennes, fermées en raison de la pandémie Covid-19». On apprend par ailleurs qu’à travers cette action, la direction du Théâtre Abdelkader Alloula «a décidé de faire bénéficier de cette expérience de restauration des membres de deux associations locales, «Santé Sidi El Houari» et «Bel Horizon» qui auraient, nous dit-on, déjà développé des activités dans le domaine de la préservation du patrimoine. Le responsable du théâtre précise même que ces jeunes qui seront formés dans la restauration de pierre, «peuvent s’occuper dans l’avenir de ce type de mission et former à leur tour d’autres jeunes en la matière». On pourrait sans doute se féliciter et applaudir cette initiative visant à la remise en état du splendide théâtre d’Oran, même si l’on ignore les détails de son contenu et de tous ses contours. Des «mauvaises langues» averties se demandent entre autres qui, comment et pourquoi a-t-on décidé de faire appel à un universitaire Tchéque, au lieu de se rapprocher plutôt des villes jumelées avec Oran, comme Bordeaux par exemple qui recèle des artistes restaurateurs de statues, des plus connus. L’ancien opéra municipal d’Oran, construit en 1907 est connu pour ses deux magnifiques tours carrées surmontées de deux coupoles dorées, coiffant quatre pilastres et garnies de motifs décoratifs architecturaux. Entre les coupoles, un ensemble sculptural, réalisé par Fulconis, représente les «muses de l’Opéra», notamment à travers cette statue de femme, drapée à la mode antique, élevant son bras droit vers le ciel, et tenant une lyre dans son bras gauche replié. Comment croire qu’une remise en bon état de la statue sculptée dans une pierre archi-connue des artistes, car ne datant pas du néolithique, peut nécessiter toute une étude avancée pour un «diagnostic», là où un restaurateur, même amateur, pourrait assumer les différentes étapes du travail de reconstitution, de remasticage, de pose de la pâte spéciale de modelage, de ponçage, et de la peinture des parties abîmées de la statue…».
Par S.Benali