jeudi , 22 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Ligue 2 </span>:<br><span style='color:red;'>Retour express du MOB en Ligue 1, l’ASAM 16 ans plus tard</span>
© Illustration

Ligue 2 :
Retour express du MOB en Ligue 1, l’ASAM 16 ans plus tard

Le championnat de Ligue 2 Mobilis de football  2017-2018, clôturé mardi avec le déroulement de la 30e et dernière journée,  a été marqué par le retour de l’AS Aïn M’lila parmi l’élite 16 ans plus  tard, alors que le MO Béjaïa réalise une accession express, une année après  sa relégation.

Zoom sur une saison pleine de suspense. Le MOB, sous la conduite de l’entraîneur Azeddine Aït Djoudi, n’a pas fait  dans la dentelle en dominant la compétition avec 60 points au compteur,  effectuant une phase retour exemplaire (31 pts) pour surpasser  l’ASAM (2e, 54 pts) et le CA Bordj Bou Arréridj (3e, 53 pts), les deux  autres promus. La solidité défensive des «Crabes» y était pour beaucoup dans le retour du  club parmi l’élite, puisque la formation de «Yemma Gouraya» a terminé en  tête du classement des meilleures défenses avec 17 buts encaissés  seulement, alors que l’attaque a fait parler la poudre à 39 reprises. L’ASAM, qui avait pendant plusieurs journées occupé le fauteuil de leader,  notamment lors de la première partie de saison, a trébuché lors de la phase  retour en engrangeant 23 points sur 45 possibles avec notamment une défaite  à domicile face au MC El-Eulma (1-0), avant de se relever pour s’imposer  dans «le match de la saison» face au CABBA (2-0).
Les joueurs de Chérif  Hadjar signent ainsi leur deuxième accession de rang, eux qui étaient en  division amateur en 2016-2017. Le club de l’ancien entraîneur emblématique Abdelhamid Azeroual ont  attendu 16 longues années pour retrouver le premier palier du football  national qu’il avait quitté en 2002, pour ensuite végéter dans les  différentes divisions inférieures. L’ASAM possède la meilleure attaque du  championnat avec 44 buts marqués, tandis que sa défense s’est fait  surprendre à 34 reprises.
—Le CABBA sur le fil, grosse désillusion à Béjaïa—
Il a fallu attendre l’ultime journée pour connaître l’identité du  troisième et dernier promu ainsi que les deux autres équipes reléguées en  Division nationale amateur. Le CABBA, grâce à sa victoire à domicile face à  l’ASO Chlef (1-0), cumulée au match nul, au goût d’une défaite, concédée  par la JSM Béjaïa en déplacement face au WA Tlemcen (0-0), jubile. La JSMB, qui était en lutte avec le CABBA, peut se mordre les doigts  d’avoir laissé une occasion en or filer, puisqu’elle avait juste besoin  d’une victoire face à un adversaire qui n’avait plus rien à espérer.  Le CABBA a composté son billet pour la Ligue 1, quatre ans après sa  rétrogradation, grâce à une différence de buts particulière favorable aux  dépens de la JSMB avec une double victoire (2-1 à Béjaïa et 2-0 à Bordj).  L’équipe des Bibans, qui a enregistré la démission de son entraîneur  Lyamine Bougherara juste avant le fameux match face à l’équipe de sa ville  natale Aïn M’lila (29e journée), a réussi sa dernière ligne droite dans la  course pour l’accession, grâce à son parcours presque sans-faute à domicile  avec 13 victoires, un nul et une défaite, soit 40 points sur les 53  engrangés. Outre la JSMB, l’ASO Chlef (5e, 46 pts) et la JSM Skikda (6e, 41 pts)  constituent les autres déceptions de la saison, elles qui pouvaient  prétendre à l’accession eu égard notamment à leur parcours lors de la phase  aller, avant de marquer le pas à un moment crucial.
—Le GCM en mode ascenseur, le CAB retourne en D3 29 ans après—
Le GC Mascara, l’ancien club de Lakhdar Belloumi, n’est resté que l’espace  d’une saison en Ligue 2, rétrogradant en division amateur en compagnie du  CA Batna et du CRB Aïn Fekroune.  La formation de l’Ouest et le CAB ont scellé leur sort lors de l’ultime  journée, d’autant qu’ils n’avaient plus leur destin entre les mains.   Pour le Ghali (14e, 34 pts), le parcours a été catastrophique notamment  sur ses bases (6 victoires, 5 nuls, 4 défaites). La défense a constitué le  maillon faible avec 37 buts encaissés, soit la quatrième plus mauvaise  arrière-garde derrière celle du CRBAF (44 buts), du MCEE et du RC Kouba  avec 38 buts chacun. Le CAB, qui a habitué ses amoureux au va-et-vient entre les deux Ligues  professionnelles, retourne en division amateur 29 ans après l’avoir quittée  au terme de la saison 1988-1989 et confirme le malaise du ballon rond dans  les Aurès, puisque l’autre club et ex-pensionnaire de l’élite, le MSPB, se  trouve en Inter-régions.