mardi , 4 août 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Aïn Defla</span>:<br><span style='color:red;'>Sadek Djemaâoui régale le public  </span>

Aïn Defla:
Sadek Djemaâoui régale le public  

Le chanteur du célèbre groupe «El Bahara»,  Sadek Djemaaoui, a subjugué, jeudi en soirée, le public d’Aïn Defla où il  s’est produit dans le cadre de sa tournée nationale entamée le 4 février à  partir de Boumerdès.

A 70 ans passés (né le 1er août 1947), l’auteur du tube mythique «Djibouha  Ya Louled» interprété en 1982 à l’occasion de la coupe du monde de football  en Espagne à laquelle l’équipe nationale prenait part pour la première fois  de son histoire, a ébloui les présents à la salle Emir Abdelkader d’Aïn  Defla, démontrant qu’il avait encore de beaux jours dans le monde de la  chanson.
Des jeune et des moins jeunes se laissaient aller au rythme de la musique,  dansant de longues minutes durant. La mesure donnée par le «Bendir», le  tambourin et le tar a empreint de manière particulière la prestation de  l’enfant d’AïnTaya, bien entouré par les membres de son orchestre et qui, à  l’occasion, était accompagné de la troupe théâtrale «El Besma» de Bousmail  et de l’humoriste Rachid Rouchdi venu  d’El Oued. Des chansons telles «Choukran ya oustadi» (merci mon professeur) dans  laquelle il rend hommage aux instituteurs, mais d’autres encore plus  récentes à l’image de «El Djazair wahda mouwahada et El Djazair Oumetna»,  un hymne à l’unité nationale, ont été reprises en ch£ur par le public.
«Pour moi, Sadek Djemaâoui est resté égal à lui-même, s’employant comme de  coutume, à répandre son message à la portée éminemment pédagogique»,  soutient Fatiha, une enseignante à la retraite. Pour cette sexagénaire, le secret de cette longévité est dû à la passion  pour l’Algérie et au désir de contribuer à l’effort consistant à semer  l’espoir, la solidarité, la tolérance et la fraternité. Rencontré à la fin du spectacle, M. Djemaoui s’est dit «très ému» par la  réaction du public et surtout les familles. «Franchement, je ne m’attendais  pas à une telle réaction de la part du public, cela m’a mis du baume au  c£ur et les larmes aux yeux», a-t-il reconnu.
S’attardant sur la caravane de la paix et de la fraternité lancée depuis  Boumerdès il y a près d’un mois, celui à qui l’UNICEF a décerné en 2014 le  prix spécial national pour ses £uvres aux profits des enfants, a précisé  que son objectif premier consiste à inviter les Algériens à vivre dans un  cadre harmonieux, loin de tous les conflits. «Lutter contre la violence et consolider l’identité et l’unité nationales  en chantant l’amour, la tolérance et la fraternité entre les jeunes  constituent plus qu’une mission pour moi», a-t-il souligné, faisant part de  sa défense acharnée pour les causes justes et tout ce qui a trait à  l’humanité. Après Aïn Defla, Sadek Djemaâoui se produira dans plusieurs wilaya de  l’ouest avant de prendre la direction du sud du pays.