jeudi , 25 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Le Salon national de l’emploi inauguré par Mourad Zemali</span>:<br><span style='color:red;'>SALEM 2018, un afflux du public dès le premier jour</span>
© Ouest Tribune

Le Salon national de l’emploi inauguré par Mourad Zemali:
SALEM 2018, un afflux du public dès le premier jour

Le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, Mourad Zemali, a indiqué hier à Alger, que le nombre de micro-entreprises financées, arrêté au 31 décembre 2017, à atteint 514. 442 PME.

Ainsi, selon le bilan chiffré arrêté au 31 décembre 2017, que 514. 442 micro-entreprises financées, ont généré au démarrage 1.185.089 emplois, 5. 247 micros entreprises ont fait l’objet d’une extension de leur capacité de production et 69% des projets ont été financés durant la période allant de 2011 à 2017, soit 353 100 micro entreprises ayant généré 743.040 emplois au démarrage.

Le ministre a précisé en outre, que les financements de ces projets ont nécessité un investissement global de l’ordre de 1.643 milliards de Dinars dont, 1.116 milliards de dinars de crédits bancaires, 446 milliards de dinars de prêts non rémunérés et 81 milliards de DA d’apports personnels des promoteurs. Selon le ministre, le coût moyen de financement d’une micro entreprise sur la période allant de 2011 à 2017, est évalué à 3,5 millions de dinars.
Selon le ministre qui a procédé hier à l’inauguration de la septième édition du Salon national de l’emploi (SALEM), au niveau du Palais des expositions (Pins Maritimes) qui revient cette année sous le thème «Start-up, la réussite par l’innovation», la Fédération des jeunes entrepreneurs (FNJE), a initié la création d’un réseau de jeunes entrepreneurs pour trouver plus de marchés notamment aux jeunes activant dans le secteur des Transports. Il citera entre autre, l’initiative prise durant la semaine passée par la FNJE, pour trouver des marchés pour les transporteurs.
Le ministre a affirmé que le taux de mortalité des PME, est très minime, estimé aujourd’hui à 10% tandis que le taux des PME demeure très infime également. Sur ce sujet, il dira que le taux de recouvrement de l’ANSEJ a atteint les 84% tandis que le taux de recouvrement chez la CNAC, est estimé à 60%. M. Zemali a rappelé que le taux de bénéficiaires des aides issus du secteur de la formation professionnelle, est à 67%, tandis que le reste, sont issus du secteur de l’enseignement supérieur. Le ministre a rappelé également, la convention signée entre la CNAS et l’ABEF pour l’échange de données. Accompagné par plusieurs ministres, Mourad Zemali a fait une visite des différents stands du Salon où il s’est entretenu avec les exposants. Ainsi, il a écouté les doléances des exposants.
Organisé par le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, sous le Haut Patronage de Son Excellence, le Président de la République Monsieur Abdelaziz Bouteflika, ce Salon qui devient un événement incontournable, a enregistré la participation de plus de 500 exposants dont quelque 300 micro-entreprises créées dans le cadre des dispositifs ANSEJ et CNAC (200 micro-entreprises ANSEJ, dont 50 retours de l’immigration et quelque 100 micro-entreprises CNAC dont 10 retours de l’immigration). Ainsi, elles sont réparties en plusieurs espaces en fonction de la nature et du secteur d’activité: TIC (Technologies de l’information et de la communication), industrie-services-environnement-énergies renouvelables.
Par ailleurs, en plus des organismes chargés de la mise en œuvre des dispositifs dédiés à la promotion de l’emploi et à la création de micro-entreprises (ANEM, ANSEJ et CNAC), cet évènement a attiré l’intérêt des départements ministériels concernés, des chambres professionnelles, des différents partenaires associés dans la création de micro-entreprises, tels que les banques, les Impôts, le CNRC, la CNAS, la CASNOS… Selon les organisateurs, le thème retenu pour la nouvelle édition, ‘Startup, la réussite par l’innovation’, découle de l’intérêt accordé par les pouvoirs publics à la diversification de l’économie nationale hors hydrocarbure, par l’encouragement des jeunes diplômés à entreprendre dans des activités innovantes au niveau des secteurs prioritaires générateurs de valeur ajoutée et de richesse tels que l’industrie, les énergies renouvelables, les T.I.C…
Alger: Noreddine Oumessaoud