mardi , 4 août 2020

...:
Seul le dialogue

La diplomatie algérienne se veut plus offensive sur le dossier libyen et veut rallier à sa thèse un maximum de capitales influentes pour faire valoir la solution politique dans la crise libyenne.
Une crise alimentée en grande partie par l’ingérence de certains pays qui pour des intérêts sournois mettent en péril l’avenir de la Libye mais aussi celui de toute la région. La vision de l’Algérie est claire et limpide et se résume en une phrase, il ne peut y avoir de salut pour la Libye en dehors du dialogue entre les différentes factions du pays.
La surenchère guerrière que veulent imposer certaines puissances est la pire solution possible, car elle n’est tout simplement pas une solution mais l’enfer pour les Libyens, mais aussi pour leurs voisins. Le président Tebboune a été très clair face à ces ingérences multiples et a averti que le risque est plus grand qu’un autre scénario à la syrienne, puisque à ce rythme on va vers une «somalisation» de la crise libyenne.
Autrement dit une guerre ouverte entre toutes les composantes du peuple libyen avec notamment ses puissantes tribus, qui à ce jour, observent une certaine neutralité par rapport aux deux belligérants que sont les forces du GNA de faiz el Serraj et ceux du maréchal Haftar.
Alger, à travers tous ses responsables, plaide pour une solution politique et tient un langage franc et fraternel à tous les Libyens, les invitant à s’assoir autour de la table des négociations, se disant même prête à accueillir ces pourparlers sur son territoire.
Une position réaffirmée encore une fois par le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum, depuis Moscou où il a déclaré que «l’Algérie s’employait à éviter toute escalade militaire en Libye, et continuera d’œuvrer dans ce sens», ajoutant cette phrase qui fera date à ne pas douter dans ce conflit en assénant que « les chars et les canons ne pouvaient être une solution à la crise libyenne qui doit être réglée par le dialogue et le retour à la table des négociations».
Une position et une volonté d’agir qu’il a encore confirmé dans un entretien accordé à la chaîne «RT Arabic», «nous sommes déterminés à convaincre toutes les parties de l’importance de préserver l’intégrité territoriale de la Libye et la pleine souveraineté des Libyens, en les exhortant à faire preuve de vigilance à l’égard de certains comportements qui risqueraient de mener, volontairement ou pas, à la division de la Libye».
Par Abdelmadjid Blidi