samedi , 2 juillet 2022
<span style='text-decoration: underline;'>JM-Oran-2022 / Judo</span>:<br><span style='color:red;'>Sur sa lancée, la sélection algérienne voit grand</span>

JM-Oran-2022 / Judo:
Sur sa lancée, la sélection algérienne voit grand

La sélection algérienne (messieurs/dames) de judo, auréolée de son titre continental, espère «rester sur sa lancée» lors des Jeux méditerranéens d’Oran (25 juin-6 juillet), et «réaliser d’autres bons résultats, qui feront honneur aux couleurs nationales», a espéré le Directeur technique national, Samir Sebaâ.

«Certes, la tâche s’annonce difficile, surtout en présence de certaines grandes nations de la discipline, comme l’Espagne, l’Italie et la France, mais nous restons tout de même optimistes quant à la capacité de réussir une participation honorable, surtout si le facteur chance est de notre côté» a-t-il insisté. En effet, le Directeur technique national considère que le «facteur chance» joue un grand rôle dans certaines disciplines sportives, dont le judo, notamment, «en ce qui concerne le tirage au sort», car selon lui «tomber sur des adversaires figurant dans le Top 10 mondial dès les premiers tours, ce n’est pas comme les croiser en demi-finale, car cela permet d’espérer une médaille, au lieu de quitter la compétition précocement» a-t-il expliqué. Sebaâ a également attiré l’attention sur «l’importance du travail psychologique, pour mettre les athlètes en confiance» et les aider à croire en leurs chances, malgré la difficulté de la tâche. «Lors de ma dernière discussion avec les athlètes, je leur ai rappelé que nous avons glané deux médailles de bronze en Espagne, lors des JM de Tarragone. C’était grâce à Lyès Bouyakoub (-100 kg) et Sonia Asselah (+78 kg). Ce qui veut dire que malgré la difficulté de la tâche, nous pouvons quand même prétendre à des podiums» a-t-il rassuré. Autres facteurs qui encouragent Sebaâ à rester optimiste quant à la capacité de la sélection nationale de réussir un bon parcours lors des JM d’Oran, le fait que «l’élite nationale ait retrouvé son meilleur niveau, comme en témoigne son sacre continental, remporté à la fin du mois de mai dernier à Oran, sur le site même des JM-2022. «Comme on dit, on ne change pas une équipe qui gagne. Nous disputerons donc les JM avec le même effectif qui a remporté les derniers Championnats d’Afrique. Des athlètes expérimentés, qui devraient se transcender lors de ces Jeux, d’une part parce que la compétition aura lieu chez nous, mais aussi pour conclure en beauté, car beaucoup parmi eux sont trentenaires» a-t-il encore souligné. En effet, certaines athlètes comme Kaouthar Ouallal (-78 kg) et Sonia Asselah (+78 kg) sont très proches de la fin de carrière et quoi de mieux pour elles que de raccrocher sur un podium au JM d’Oran. Pour aider les athlètes à garder la forme en prévision des JM, la Direction technique nationale a organisé un stage précompétitif, aussi bien pour les messieurs que pour les dames. «Les dames sont entrées en stage le 7 juin à Zéralda, alors que les messieurs ont débuté leur regroupement lendemain, à Oran. Ces stages précompétitifs se poursuivront jusqu’au 20 juin courant, date à laquelle nous intégrerons le village olympique à Oran» a encore détaillé Sebaâ. L’Algérie sera représentée par quatorze athlètes aux JM d’Oran (7 messieurs et 7 dames), mais pour l’heure, elle a préféré se regrouper avec un effectif élargi de 18 judokas (9 messieurs et 9 dames). Ce qui lui permettra de parer à une éventuelle défection de dernière minute, notamment, pour cause de blessure.
Chez les messieurs, l’effectif retenu se compose de : Billel Yagoubi (-60 kg), Rachid Cherrad (-66 kg), Dris Messaoud (-73 kg), Houd Zourdani (-73 kg), Imad Benazzoug (-81 kg), Abderrahmane Benamadi (-90 kg), Mustapha Bouammar (-100 kg), Mehdi Hedjala (-100 kg), et Mohamed Belrekaâ (+100 kg). Chez les dames, le groupe retenu se compose de : Imane Rezzoug (-48 kg), Faïza Aïssahine (-52 kg), Yamina Hellata (-57 kg), Belkadi Amina (-63 kg), Souad Belakhal (-70 kg), Kaouthar Ouallal (-78 kg), Louiza Ichallal (-78 kg), Sonia Asselah (+78 kg) et Meroua Mammeri (+78 kg).