lundi , 10 août 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Cacophonie à la Place Vassas d’Aïn El Türck</span>:<br><span style='color:red;'>Taxis et clandestins se disputent le stationnement</span>
© Ouest Tribune

Cacophonie à la Place Vassas d’Aïn El Türck:
Taxis et clandestins se disputent le stationnement

Faute d’un espace adéquat et réfléchi pour le stationnement des taxis jaunes agréés de la ligne Oran-Aïn El Türck, la Place Vassas d’Aïn El Türck qui fait pour l’heure office de station, est quotidiennement le théâtre d’une véritable cacophonie.

Taxis clandestins, particuliers et taxis jaunes, se livrent à un véritable jeu du chat et de la souris pour une place de stationnement avec toutes les conséquences néfastes que cela engendre sur la circulation routière mais également sur celle des piétons dont principalement les écoliers et les lycéens.
La situation est devenue délétère en ce lieu où les altercations verbales et parfois des accrochages entre transporteurs agréés ou clandestins, qui s’offrent en spectacle en plein public, sont devenus monnaie courante. Il va sa sans dire que cela se fait au détriment du client, que tentent de s’arracher les transporteurs, et qui se retrouve souvent dans une situation à la limite de l’humiliation, tiraillé  de part et d’autre.
Il lui arrive même de se faire admonester par un chauffeur de taxi ou un clandestin, s’il opte pour l’un et pas pour l’autre. Quant à la circulation routière, c’est le désordre total, plus particulièrement aux heures de pointes où se croisent lycéens, travailleurs, usagers des lignes de Bousfer et d’El Ançor, sans parler de ceux arrivant d’Oran via les transports en commun et dont la station est elle aussi située à la Place Vassas.
Rappelons qu’il avait été à maintes reprises question de délocaliser ces stations vers un lieu plus approprié, facile d’accès et pour les transporteurs et pour les citoyens. Le choix s’était porté sur l’emplacement de l’ancienne cave agricole « Mohamed Ghriss » sise à quelques dizaines de mètres seulement de la place Vassas, sauf que ce site relevant du domaine agricole, était occupé par un promoteur immobilier pour la réalisation d’une clinique privée et dont l’affaire a été instruite par la justice, qui a requis à son encontre, un an de prison pour faux et usage de faux et détournement du foncier agricole.
Peut-être que la restitution de cette assiette foncière, servira finalement à résoudre le problème de la gare routière si souhaitée à Aïn El Türck et mettre ainsi fin à un long épisode folklorique qu’offre le transport dans cette contrée balnéaire, devenue la risée des visiteurs nationaux ou étrangers par la faute des responsables locaux, actuels ou passés, qui n’arrivent pas à solutionner une question aussi vitale.
Karim Bennacef