dimanche , 14 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>La réforme de l’école, une priorité pour le Président de la République</span>:<br><span style='color:red;'>Tebboune annonce la révision des programmes scolaires</span>

La réforme de l’école, une priorité pour le Président de la République:
Tebboune annonce la révision des programmes scolaires

Il semble que la nécessité de donner un nouvel essor à l’école algérienne constitue l’une des préoccupations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui annonce d’ores et déjà des mesures visant à réformer les programmes scolaires.

Jeudi dernier, le jour même où il a prêté serment, le chef de l’Etat a évoqué plusieurs sujets liés à son programme présidentiel qu’il compte concrétiser. Annonçant l’avènement d’une «Nouvelle République»,
M. Tebboune a consacré une partie de son discours à l’école, annonçant à la même occasion de lancer des réformes au profit de ce secteur.
Longtemps chamboulée par des changements qui n’ont pas toujours reçu l’applaudissement des pédagogues et spécialistes, l’école algérienne a besoin plus que jamais de dynamisme pour réaliser les résultats souhaités. Conscient des carences ayant touché le secteur de l’Education nationale, le chef de l’État a d’emblée évoqué, à l’issue de sa prestation de serment, ce qu’il comptera faire dans les prochaines semaines.
Il a ainsi annoncé l’allégement des programmes scolaires, particulièrement pour le cycle primaire, et au règlement du problème de la surcharge du cartable scolaire. Aussi, le chef de l’Etat a annoncé d’autres mesures telles que le renforcement des cantines et du transport scolaire à travers tout le territoire national, notamment dans les régions enclavées, les zones rurales et les régions du Sud et d’intérêt et de soutien à l’enseignant, matériellement et socialement.
Affirmant que «l’Education est devenue une préoccupation pesante pour la famille et l’Etat à la fois », le président de la République a aussi annoncé des mesures au profit de l’enseignement supérieur. Dans ce cadre, M. Tebboune a mis en avant l’important rôle de ce cycle, toute en soulignant la nécessité de développer le niveau des diplômés pour une meilleure insertion dans le monde du travail. Le chef de l’Etat a en effet mis en avant « l’importance de lui accorder l’intérêt indispensable afin de lui permettre de jouer un rôle pionnier dans l’édification de la nouvelle République algérienne , à travers le développement des programmes pour hisser le niveau des diplômés et jeter des passerelles entre l’Université et le monde du travail afin de faire de cette dernière «la locomotive de l’édification d’une économie forte ».
M. Tebboune a annoncé l’ouverture d’autres chantiers comme « la valorisation de la bourse universitaire, notamment pour les étudiants en sciences exactes et à promouvoir la profession d’enseignant et de chercheur sur les plans matériel et social ».
Le chef de l’Etat a aussi souligné l’impératif d’associer les enseignants et les chercheurs universitaires dans le développement de l’Enseignement supérieur dans tous ses volets, mettant l’accent sur «le problème de l’unification de la langue d’enseignement depuis le primaire jusqu’à l’Université».
Enfin, le président de la République a annoncé d’autres mesures qu’il compte lancer comme celles visant à « œuvrer pour l’autonomie de l’Université, à la création de pôles d’excellence, et l’éradication de la bureaucratie qui «tue la créativité et l’innovation ».
Samir Hamiche