vendredi , 27 mai 2022
<span style='text-decoration: underline;'>En prévision des jeux méditerranéens</span>:<br><span style='color:red;'>Transfert du terminus de quelques lignes de bus vers le Palais des Sports</span>

En prévision des jeux méditerranéens:
Transfert du terminus de quelques lignes de bus vers le Palais des Sports

La direction des transports de la wilaya d’Oran a annoncé hier que le terminus de 6 lignes sera transféré vers le Palais des Sports selon une décision de wilaya N : 1722 du 10 mai 2022. Cette mesure sera prise pour une durée de deux mois.

Elle concerne les lignes 51, 39, 59, C, 28 et la ligne reliant Oran à Aïn El Turck. Cette nouvelle décision a été prise sans doute en prévision des jeux méditerranéen 2022 et afin de désengorger le centre ville d’Oran et d’assurer le transport vers le Palais des Sports qui est une structure qui abritera une partie des compétitions lors des JM 2022. Dans ce cadre la ligne 51 reliera le Palais des Sports et Hai El Yasmine, 53 (Palais des Sports-Sidi Chahmi), 39 (Palais des Sports-Hai Nedjma), 28 (Palais des Sports-Ain El Beida), C (Palais des Sports-Hai El Menzah). Cette décision concerne également la ligne d’Ain El Türck.
Ce qui permettra de minimiser le nombre de bus qui stationnent au centre-ville. Par ailleurs, il faut savoir que la plupart des bus de ces lignes sont dans un état lamentable, aucun habillage unique, et l’état extérieur de ces bus reste en deçà des attentes. En plus de l’absence d’un plan qui devait se faire auparavant pour un habillage uni et une tenue vestimentaire unie pour les chauffeurs et receveurs, afin de recevoir les invités d’Oran dans de bonnes conditions, les dépassements quotidiens de la part des chauffeurs et receveurs des bus privés se poursuivent en attendant le renforcement du parc des bus de l’établissement de transport public (ETO) qui a perdu un nombre important de bus à cause des pannes et l’absence de nouveaux bus. Dommage pour une ville comme Oran où la mobilité est de plus en plus difficile. Mais heureusement, comme disent les Oranais, il y a des chauffeurs clandestins.
Fethi Mohamed