mercredi , 22 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Corniche supérieure d'Oran</span>:<br><span style='color:red;'>Un circuit de formule 1 pour les chauffards !</span>

Corniche supérieure d'Oran:
Un circuit de formule 1 pour les chauffards !

Les chauffards, montés sur deux ou quatre roues, semblent avoir trouvé leur terrain de prédilection en l’axe routier de la corniche supérieure, qui fait désormais office de circuit de courses automobiles de type Formule «1».

Ce weekend, des conducteurs zélés et inconscients, à la limite de l’homicide volontaire, ont semé la panique parmi les familles qui se rendaient tranquillement à Aïn El Türck pour une journée en bord de mer. La plus spectaculaire des scènes, était cette confrontation acharnée entre un « bikiste », monté sur moto de grosse cylindrée et le conducteur d’un véhicule de type « partner » roulant tous les deux à grande vitesse, qui se refusaient l’un à l’autre, le passage, non sans manquer d’échanger des insultes sous le regard des dizaines d’automobilistes hébétés par le spectacle et surtout inquiets d’être entrainés dans un gigantesque carambolage. L’esclandre a duré pratiquement durant toute la descente qui mène jusqu’au carrefour qui dessert Aïn El Türck et Bousfer.
Dans une autre scène, des conducteurs de véhicules de type « Chana », une fois le barrage de gendarmerie installé au niveau du rond point de la forêt dépassé, dévalent aussitôt à une vitesse inouïe la pente dans des slaloms dangereux, voire criminels ; un jeu qui semblait les amuser comme le prouvait leur arrogance à la limite de la menace envers les conducteurs qui osaient leur montrer leur désapprobation. L’effet d’entraînement ne s’est pas fait attendre, puisque d’autres véhicules, en leur majorité conduits par des jeunes, ont collé aux « Chana » avant de se lancer dans des courses poursuites ahurissantes. Le déferlement des véhicules était tel que des automobilistes, ont préféré se garer sur le bas côté et laisser ainsi, passer ces moments de stupeur.
Il faut souligner que ce weekend, a drainé une foule importante de citoyens vers les plages de la corniche oranaise. L’axe de la corniche inférieure, via Mers El Kébir, ayant été saturé dès les premières heures de la matinée, les automobilistes affluant d’Oran et de wilayas limitrophes, se sont rabattus sur la corniche supérieure où s’étirait une impressionnante file de voitures allant du début de la cité dite « El Hassi » jusqu’à l’entrée de la commune d’Aïn El Türck. Certes, les barrages de gendarmerie installés aux points principaux de cet axe routier, ont permis de fluidifier la circulation et palier à la formation de bouchons, mais cela n’a pas pour autant dissuadé les «écraseurs» écervelés dont beaucoup auraient été sous l’emprise de psychotropes de faire de folles courses sur les pentes raides et les virages accentués, semant l’affolement des familles qui aspiraient tout bonnement à un simple moment de détente mais dont la vie pouvait dramatiquement, d’un instant à l’autre, basculer à cause de l’inconscience de certains énergumènes.
Rarement, une telle folie avait été constatée sur cet axe de la corniche supérieure où généralement les automobilistes, notamment les anciens, connaissant la dangerosité du site, sont plutôt prudents. Toutefois, ce weekend, un vent de folie semble avoir soufflé sur de jeunes conducteurs qui ne réalisaient sûrement pas que leur extravagance sur les routes aurait des conséquences très lourdes.
Les jours à venir s’annonçant tout aussi chauds, il va falloir penser sérieusement à renforcer les contrôles d’excès de vitesse par la mise en place de postes de sécurité intermédiaires et /ou de voitures banalisées dans différents endroits pour interpeller les contrevenants. Les vies de dizaines de familles sont en jeu.
Karim.B