jeudi , 24 septembre 2020

... :
Un tournant décisif

Le processus de dialogue national est pratiquement engagé. Bien sûr, nous ne sommes qu’au tout début d’un processus qui sera long et assez compliqué. En recevant le panel de personnalités appelé à mener ce dialogue national inclusif, le chef de l’Etat a encore une fois réitéré son assurance quant à la recherche d’un consensus national à même de faire sortir le pays de sa crise actuelle et à surtout clairement rappeler que l’Etat avec toutes ses composantes sera un facilitateur de ce dialogue dont l’objectif final est l’organisation de l’élection présidentielle transparente et démocratique.
Des démarches qui doivent assurer à l’élection présidentielle, comme l’a souligné le chef de l’Etat, «la régularité et la transparence exigées, non seulement pour que le scrutin ne soit entaché d’aucune contestation, mais également pour redonner tout son sens à la volonté populaire dans le choix des personnes devant diriger le pays ». D’où l’obligation de l’organisation d’un dialogue inclusif entre toutes les parties, pour construire une démarche concertée, fondée sur le consensus le plus large possible.
De leur côté, les membres du panel de personnalités ont tenu à préciser qu’ils n’étaient ni représentants du Hirak populaire, ni ses porte-parole. Une précision qui devait être rappelée pour qu’il n’y ait pas encore de fausses et calculatrices interprétations. Les personnalités ont aussi rappelé avoir accepté cette mission « en toute liberté », car convaincus que ce dialogue national était « le seul moyen à même de garantir une issue pacifique à la hauteur des aspirations des Algériens et Algériennes».
Cette amorce de dialogue est devenue plus que nécessaire pour sortir le pays de cette crise qui s’est installée dans le temps et qui risque de se compliquer davantage si aucune amorce de solutions n’est engagée pour revenir et le plus rapidement au choix du peuple qui aura à choisir le prochain président de la république. Un choix qui se fera cette fois dans les conditions les plus libres et les plus démocratiques qui soient.
Les garanties et les engagements de l’Etat sont clairement exprimés et mis en œuvre sur le terrain, il est donc du devoir de chacun d’œuvrer pour l’intérêt du peuple et du pays qui est, cette fois, réellement à un tournant révolutionnaire et décisif de son histoire. Un virage qui changera beaucoup dans les us et pratiques politiques de notre pays et qu’il s’agit de ne pas rater cette fois encore.

Par Abdelmadjid Blidi