vendredi , 26 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>JAJ-2018</span>:<br><span style='color:red;'>Une 3ème édition loin d’être un succès populaire</span>
© D.R

JAJ-2018:
Une 3ème édition loin d’être un succès populaire

Alors que les 3es Jeux africains de la jeunesse (JAJ-2018) d’Alger atteignent leur 7e journée, l’engouement est loin d’être perceptible dans la capitale et les différentes compétitions se déroulent devant des gradins presque vides.

Au moment où les organisateurs ont misé sur une présence massive du public pour assister à ce rendez-vous continental qui coïncide avec les vacances scolaires, la déception fut grande. L’indifférence du public algérois vis-à-vis de cette manifestation sportive, destinée aux athlètes âgés entre 14 et 18 ans, est venue porter un coup à la réussite de cette édition en dépit de la gratuité d’accès aux différents sites sportifs décidée par les organisateurs. «Avec la canicule qui sévit ces jours-ci à Alger, la plupart des gens ont choisi d’aller se rafraîchir à la plage au lieu d’assister aux épreuves de ces JAJ-2018, c’est légitime d’autant que cette compétition n’est pas si importante aux yeux du public», a affirmé à l’APS Adel, étudiant en médecine. Interrogé sur la question, le directeur général du Comité d’organisation des JAJ-2018 (COJAJ), Abdelhalim Azzi, avait relevé la nécessité de permettre au public d’assister aux différentes compétitions sans payer le moindre sou. «L’accès sera gratuit pour le public pendant toute la période des Jeux. Nous devons encourager les gens à venir assister à ce rendez-vous, d’autant qu’il coïncide avec les vacances scolaires et surtout à l’issue de la Coupe du monde», avait-il dit. C’est peine perdue.
Une faible promotion médiatique
Installé officiellement en avril dernier, le COJAJ aurait dû penser à promouvoir les 3es JAJ d’une manière à permettre au large public d’être informé sur le déroulement de ce rendez-vous sportif juvénile à Alger et Tipasa. Mis à part quelques banderoles et affiches placardées ça et là et dans certains journaux, notamment spécialisés, la promotion de ces Jeux a fait défaut, ce qui explique (peut-être) le manque d’engouement du public dont une partie ne sait même pas que l’Algérie abrite cette manifestation continentale. «Tout le monde était branché pendant un mois sur le Mondial-2018 en Russie, je pense que le timing n’était pas pour faire de ces JAJ-2018 un succès sur le plan populaire», a estimé de son côté Djamel, commerçant. Dans les rues de la capitale, point de drapeaux des pays africains participants, comme c’est le cas lors des Jeux africains consacrés aux seniors. A l’aéroport international Houari-Boumediene aussi, rien n’indique que l’Algérie abrite une compétition d’envergure et aucun desk n’a été installé pour l’occasion. A trois ans de l’organisation des Jeux méditerranéens 2021 d’Oran, un rendez-vous aussi important, les organisateurs devront s’atteler dès maintenant à préparer cette échéance comme il se doit sur le plan de la médiatisation et éviter les erreurs des JAJ-2018. Plus de 4.500 personnes, dont quelque 3.000 athlètes issus de 54 pays, sont présents à l’occasion de cette 3e édition des JAJ. La première édition s’était déroulée en 2010 à Rabat (Maroc), suivie quatre ans plus tard par les JAJ-2014 à Gaborone (Botswana).