jeudi , 29 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Benembarek Miloud dit « petit Miloud » - la Marsa</span>:<br><span style='color:red;'>Une carrière exceptionnelle</span>

Benembarek Miloud dit « petit Miloud » - la Marsa:
Une carrière exceptionnelle

C’est grâce au flair du coopérant technique français Graçion, fin connaisseur du football et cadre du chantier naval de Mers El Kébir que Benembarek a trouvé sa voie dans le football qui est son bol d’oxygène ; il est sollicité lors des grandes parties de ses aînés et d’ailleurs.

Pour l’anecdote, le surnom de « petit Miloud » lui fut octroyé en raison de son jeune âge par rapport à ses coéquipiers. Il occupe le poste de milieu de terrain, un véritable poumon de l’équipe qui a un don de sceller la liaison entre la défense et l’attaque grâce à sa vision périphérique étonnante. Sa première licence fut signée en seniors à la JS Ain El Turck. Graçion qui possède une équipe de football au chantier naval décida d’organiser deux joutes opposant son équipe à celle de la JSAET. Lors de cette fatidique saison 1967-1968 en aller et retour. Ce fut deux matches pleins avec un niveau technique et tactique de grosse facture. La prestation de petit Miloud fut un régal, ce qui a permis aux dirigeants de la mythique Marsa d’incorporer le jeune Miloud avec la complicité du connaisseur Graçion. Chez les Marsaouins, il évoluera au milieu de grands noms. Feu Medjahed Kouider (baroudeur), Bouhadji- Amar- Boudjemaa- Zeudmi-Kacem- Mamoun (Excellent portier).  
Devant cette panoplie de joueurs, les places sont chères et Miloud gagna amplement sa place de titulaire en croisant le fer avec de grandes équipes : (USMO-RCO-NAJAH-CRT-WAT-RCR….). Cette aventure dura de 1969 à 1972. Tous ses efforts et ses prestances lui valurent d’être choisi pour la Sélection d’Oran drivée par Bentabet. Là, il retrouvera une élite de l’époque : Belkedrouci (MCO)- Tahar (JSMT)- Abbés (Marsa)- Khelifa (WAT)…… qui ont évolué contre une sélection de la Saoura au stade du 19 juin, ils furent vainqueurs par 2/1. Etant en congé et au cours d’un voyage à Paris, Miloud fit un essai concluant au PSG grâce à son ami marocain Bouffror Ali, ex gardien de but de l’EMO et entraîneur des minimes du PSG. Une belle carrière professionnelle se présenta à cet Oranais.  D’ailleurs, il fut aligné lors d’une rencontre amicale opposant le grand Reims au PSG (2 à 1 pour le PSG) où il a démontré son talent de « porteur d’eau ». De retour au bercail et pour faire plaisir à ses parents et surtout sa mère, Miloud a du renoncer à une carrière toute tracée (en 1969). A l’époque, ce prodige travaillait à l’APC d’Oran au milieu de grands sportifs qui le côtoyaient Zrego- Bouhadjar –Chellal –Benouza. En parallèle, il est sollicité en sélection d’Oranie qui a battu le grand Lyon (4 à 2) au 19 juin sous la férule de l’expérimenté Said Amara devant 50.000 spectateurs. Miloud tient à souhaiter un prompt rétablissement à Cheikh Said Amara, une icône du football et Moudjahed de surcroît. Les caprices de la vie furent que sur un coup de gueule, tout a subitement changé, à cause d’un fatidique désaccord avec un supérieur de l’APC d’Oran, Miloud qui possède une forte personnalité et fidèle à ses principes, décida de s’expatrier en Belgique où il retrouvera ses deux frères en 1972. Il ne tarda pas à faire carrière dans les transports et finir sa vie à Bruxelles au milieu de ses enfants et de son inconditionnelle épouse qui a partagé 56 ans de vie commune (un véritable bail). Profitant de ses congés, il vient se ressourcer à El Bahia pour revoir sa famille, ses amis d’enfance : Houari –Nordine –Emtir (RCO) Moussa Omar. Petit Omar est heureux d’avoir deux pôles, « Bruxelles et Oran », pour juguler sa vie, pour pouvoir être au diapason de sa vie. D’ailleurs, il a partagé le confinement avec sa famille à Oran et souhaite que cette pandémie mondiale soit vaincue en Algérie et partout aussi. Attentif à l’évolution de l’équipe nationale de football, il lui souhaite un parcours exceptionnel en plus du dernier trophée Africain qui l’a boosté et lui a donné une aura et sa véritable place au ghota mondial, (prestation au mondial Brésilien). Enfin, en pur nationaliste, son vœu serait  que le pays retrouve sa stabilité et un avenir Radieux. Il remercie Ouest Tribune qui lui a permis de s’exprimer et de se remémorer l’inoubliable passé.
M.Ouadah