mardi , 25 janvier 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Ecole supérieure de l’économie</span>:<br><span style='color:red;'>Une conférence demain sur les enjeux de la transition énergétique</span>
x-default

Ecole supérieure de l’économie:
Une conférence demain sur les enjeux de la transition énergétique

L’École Supérieure d’Économie d’Oran organisera demain (mercredi) une conférence dédiée au secteur de l’énergie intitulée « Les Enjeux de la Transition Energétique en Algérie ». Cette conférence est la 2ème en un mois après celle organisée sur la sécurité alimentaire en Algérie.

Selon les organisateurs de cet événement, l’énergie est essentielle au développement économique et à l’amélioration des conditions de vie, une ressource dont on ne peut s’en passer. Elle n’est pas un bien comme les autres. Il est évident, que notre mode de vie est fondé sur (et façonné par) une énergie abondante et bon marché, et en tout premier lieu sur les hydrocarbures fossiles (pétrole et gaz naturel). Mais ce modèle est manifestement insoutenable d’abord à l’échelle planétaire avec les changements climatiques, mais il est aussi insoutenable à l’échelle locale comme en attestent les différents indicateurs disponibles, notamment l’estimation des réserves et de la capacité annuelle de production, qu’en est-il réellement ? «La pénurie physique d’énergies fossiles est juste devant nous» précisent les organisateurs, ce n’est plus le seul problème des générations futures, mais déjà bien celui de la génération actuelle. Certes, le gaz naturel pourrait permettre de gagner quelques décennies, voire quelques générations d‘Algériens.
Les participants à cette rencontre essayeront de répondre à plusieurs questions: quelle est sa tendance ? et quelles sont les conséquences sur les capacités d’exportation de gaz et de pétrole ? Quelles sont les capacités de résilience de l’économie nationale face aux chocs financiers extérieurs dus à la volatilité des prix internationaux d’hydrocarbures ? Face à un système de tarification de l’énergie qui constitue une véritable incitation au gaspillage, faut-il repenser notre système de redistribution de richesse ? Sans compter les effets néfastes de la dépendance de notre économie sur les structures génératrices de croissance et développement des recettes des hydrocarbures. La transition énergétique constitue l’alternative la mieux indiquée pour éviter une éventuelle situation d’impasse. Elle est le passage à un modèle énergétique, et à un mode de consommation de l’énergie plus sobre qui consomme moins d’énergie fossile et plus d’énergies renouvelables (les EnR).
Cette rencontre propose un espace de discussions et d’échanges scientifiques sur la thématique centrale de la formation doctorale qui est « l’économie de l’énergie » au sens de « Energy economics », à travers les trois spécialités qui la composent, à savoir ; la spécialité « Economie de l’énergie » ; la spécialité « Economie Internationale de l’énergie » ; la spécialité « Economie Appliquée », et cela en présence d’experts et d’enseignants chercheurs spécialistes du domaine, ayant comme public cible en premier lieu les doctorants, mais aussi tous les invités intéressés par cette thématique. Il est également prévu un atelier méthodologique animé par des enseignants chercheurs spécialistes du domaine de la méthodologie.
Fethi Mohamed