jeudi , 4 mars 2021

...:
Une course contre la montre

L’Europe se reconfine. Entre les pays qui ont choisi un reconfinement total exactement comme ce fut le cas au printemps dernier, à l’image de l’Angleterre, et ceux qui ont opté pour un couvre-feu dès le début de soirée sur l’ensemble de leurs territoires comme c’est le cas en France, et d’autres qui opèrent par des confinements ciblés et fermeture des écoles comme en Allemagne, ou d’autres pays un peu partout dans le monde, qui ont resserré les vis, la tendance est à la prudence et même à l’inquiétude face aux courbes de plus en plus haussières de la propagation du coronavirus.
Les cas de contamination ont dépassé de loin ceux enregistrés au début de la pandémie. Le nombre des morts est tout aussi élevé, alors que les hôpitaux sont à la limite de la rupture et arrivent difficilement à gérer la situation et à faire face au nombre toujours croissant des malades. Une situation insoutenable qui a changé bien des donnes à commencer par l’inversion des courbes des pro et anti vaccin. Aujourd’hui, il est clairement établi que la plupart des populations demandent à se faire vacciner.
Nous sommes pratiquement dans une course contre la montre pour arriver à vacciner un maximum de personnes et atteindre ce seuil salvateur de l’immunité collective. Surtout que le virus, non seulement, il circule grandement mais il mute de plus en plus, et la crainte de développer une souche, pas seulement très contagieuse, mais aussi potentiellement plus mortelle est aujourd’hui le cauchemar des gouvernements du monde entier.
En Algérie et même si la pandémie est assez bien contrôlée, il n’empêche qu’il est plus que temps de débuter la campagne de vaccination dans les plus brefs délais, car le virus est toujours là et peut devenir encore plus transmissible à tout moment. Maintenant qu’il est admis que l’Algérie a déjà fait commande du vaccin russe et aura bientôt un autre chinois, il faut passer à l’action et mettre à l’abri les populations les plus vulnérables et les plus exposées.
Le temps ne joue en faveur de personne, sauf en faveur de ce maudit virus qui a ébranlé le monde entier.
L’urgence est bien là, et c’est ce qu’a bien fait comprendre le président Tebboune aux membres de l’exécutif en donnant des instructions claires et fermes pour commencer la campagne de vaccination dès ce mois de janvier. Il n’y a donc plus de temps à perdre, d’autant plus que l’Algérie a eu par le passé à mener d’importantes vaccinations de masse et possède pour cela toute l’expérience et les moyens humains et matériels pour mener à bien cette autre campagne d’une bien plus haute importance.
Par Abdelmadjid Blidi