mercredi , 25 novembre 2020

:
Une étape inévitable

Après le confinement, voici venu le temps du déconfinement. Un peu partout à travers le monde, des pays tentent de reprendre le cours normal de la vie, même si beaucoup restent persuadés qu’un retour au monde d’avant coronavirus est quasi impossible à atteindre dans un proche avenir. Mais les gouvernements de plusieurs pays, à commencer par ceux de l’Europe, qui a été fortement touchée par la pandémie, ont pris la décision d’alléger les restrictions observées jusque-là.
Bien sûr, d’imposantes précautions et les gestes barrières sont toujours de mise et la réouverture de différentes structures se fait au compte- goutte, car la crainte d’une autre forte transmission du virus reste toujours très crainte. Mais ces appréhensions n’ont pas pu tenir face à l’urgence économique, qui doit selon plusieurs spécialistes, reprendre dans les plus brefs délais au risque de s’enfoncer davantage dans une récession de laquelle il sera des plus difficiles de s’en remettre.
En Europe c’est surtout l’Allemagne, la première économie du continent, qui enregistre le plus d’avancement dans son déconfinement. D’ailleurs et comme pour illustrer ce fort engagement, le championnat allemand de football a repris ce week-end. Et même si c’est en huis clos et avec beaucoup de précautions, il n’en demeure pas moins que c’est là un signal fort en direction de tous les autres pays.
Il faut dire que cette pandémie qui a fait jusque là plus de 300.000 morts dans le monde a plongé la terre entière dans un chaos jamais connu auparavant. Des chiffres qui font encore peur et attisent les craintes quant à une nouvelle vague. Une nouvelle vague que l’on n’attend pas forcement dans les semaines à venir, mais qui pourrait fortement s’installer violemment l’hiver prochain.
Et si à ce jour aucun traitement et surtout aucun vaccin n’ont été trouvés, il reste que beaucoup croient (à l’image du président américain) qu’un vaccin sera disponible d’ici la fin de l’année. Une vision bien optimiste que ne partagent pas les spécialistes qui pensent que dans le meilleur des cas, il n’y aurait de vaccin que d’ici 18 mois.
Mais d’ici là, il faut bien continuer à vivre et reconnaitre que le confinement a ses limites. Mais avant de décider de passer à cette nouvelle phase de déconfinment, il faut bien se préparer à cette nouvelle étape. La chose est bien délicate et tous les pays en sont bien conscients. L’Algérie aussi, à l’image de tous les autres pays finira bien par sortir de la situation actuelle et se préparer à l’après coronavirus, dans les meilleures conditions comme l’a souligné le président Tebboune lors de la dernière réunion du Haut Conseil de Sécurité où il a instruit les membres du HCS à « travailler dès à présent à l’élaboration d’un plan d’action pour l’après Covid-19 qui tienne compte des différentes dimensions sanitaires, mais aussi économique et sociale ».
Par Abdelmadjid Blidi