mardi , 20 octobre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>EXPLOITATION ARTISANALE DE L’OR DANS LE SUD DU PAYS</span>:<br><span style='color:red;'>Une valeur ajoutée à l’économie nationale</span>

EXPLOITATION ARTISANALE DE L’OR DANS LE SUD DU PAYS:
Une valeur ajoutée à l’économie nationale

Le ministre des Mines, Mohamed Arkab, a mis en avant l’importante plus-value que l’exploitation artisanale de l’or dans le Sud du pays apporte à l’économie nationale, à son développement et à sa diversification.

En dehors des actions illégales et de la contrebande de l’or et d’autres métaux contre lesquelles les différents corps de sécurité ne cessent de lutter, les autorités veulent organiser le secteur à travers l’octroi d’autorisations d’exploitation. Dans cette optique, M. Arkab, qui a effectué dimanche dernier une visite dans la wilaya d’Illizi, a souligné l’impératif de mettre en place un cadre réglementaire légal pour permettre aux jeunes de se lancer dans une exploitation artisanale de l’or.
Il a expliqué, à la même occasion, que ce segment constitue « une valeur ajoutée », expliquant que le lancement du projet d’exploitation minière artisanale de l’or dans le Grand Sud permet le développement et la diversification de l’Economie nationale. Il a toutefois insisté sur la nécessité de réglementer cette activité à travers la mise en place au profit des jeunes des autorisations avec des conditions précises et des facilitations dans leur octroi, un impératif, selon lui, qui permet de mettre fin à l’exploitation anarchique des métaux et leur contrebande.
Le cadre réglementaire de cette activité vise à respecter l’environnement, la préservation de la diversité biologique et du développement durable, détaille le ministre qui annonce l’élaboration par son département d’un plan en coordination avec différents partenaires pour garantir la réussite de ce projet et sa concrétisation. Il convient de souligner que M. Arkab était accompagné par d’autres membres de gouvernement ; il s’agit des ministres de l’Environnement et de la Formation et l’Enseignement professionnels, Nassira Benharrats et Hoyam Benfriha respectivement, du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des micro-entreprises, Nassim Diafat, et du conseiller auprès du président de la République, chargé du mouvement associatif et de la communauté à l’étranger, Nazih Berramdane.
Forte de ses richesses du sous-sol, la région de Djanet détient plusieurs sites de l’activité minière artisane de l’or. Ainsi, huit périmètres ont été identifiés dans la wilaya d’Illizi pour l’exploitation minière artisanale de l’or dans les sites de Tiririne et Akendouker, dont les dossiers ont été étudiés par les services techniques de la wilaya qui ont donné leur aval pour leur exploitation, selon les explications fournies lors de la visite.
En plus de l’encadrement, M. Arkab indique que les jeunes de la région bénéficieront de la formation et de l’accompagnement dans le domaine, sous la supervision de spécialistes de l’Agence nationale pour la transformation de l’or et de l’Agence du service géologique en Algérie. Les jeunes désireux de monter une entreprise dans le domaine de l’exploration minière peuvent bénéficier d’une formation spécialisée, annonce la ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Hoyam Benfriha. Elle annonce dans ce sillage l’ouverture prochaine par le secteur dans la wilaya d’Illizi de spécialités de formation en rapport avec l’exploitation artisanale de l’or, sous la supervision d’un encadrement spécialisé et hautement qualifié.
Dans le cadre des efforts visant à développer l’activité d’exploitation de l’or avec un cadre réglementaire, une convention de coopération a été signée dans le cadre de cette visite entre les secteurs de la formation professionnelle et des Mines. Cette convention prévoit l’installation au niveau des chantiers d’apprentis dans différentes spécialités liées aux activités des mines et des carrières, en plus de la coopération dans le domaine de l’investissement et de la création de micro-entreprises, et la valorisation de canaux de coopération institutionnelle. Concernant le programme de la visite à Illizi, le ministre des Mines, Mohamed Arkab, et la délégation qui l’accompagne, tiendront en fin d’après-midi une rencontre avec les jeunes de la wilaya déléguée de Djanet (420 km Sud d’Illizi) pour présenter le projet d’exploitation minière artisanale de l’or dans la région, le cadre juridique et réglementaire le régissant, et les modalités de bénéfice des autorisations permettant aux jeunes d’exercer cette activité professionnelle dans un cadre organisé et efficient.

UNE FORMATION SPÉCIALISÉE POUR L’EXPLOITATION ARTISANALE DE L’OR

Alors que l’activité l’exploitation artisanale de l’or se déroule jusqu’ici sans aucun cadre réglementaire et sans aucune connaissance particulière pour les jeunes qui se sont lancés dans ce segment, M. Arkab annonce le lancement d’une formation spécialisée. En visite, hier, au site du projet de l’Institut national des mines, à Tamanrasset, le ministre a indiqué qu’une formation spécialisée sera assurée pour l’exploitation minière artisanale de l’or par les jeunes.
«La formation spécialisée pour l’exploitation minière artisanale de l’or sera assurée aux jeunes sur ce site même», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Un site appelé à être exploité comme lieu de formation spécialisée pour l’exploitation artisanale de ce minerai, avec l’acquisition d’équipements temporaires en vue d’entamer la formation, en coordination avec le secteur de la formation et de l’Enseignement professionnels et le ministère délégué chargé de la micro-entreprise, avec l’accompagnement du secteur de l’Environnement», a-t-il précisé.
M. Arkab a souligné l’opportunité qui sera ainsi offerte aux jeunes de bénéficier d’une formation leur permettant de se lancer dans l’exploitation des gisements d’or, dans le cadre d’un programme d’action intégré.
Les ministres ayant accompagné M. Arkab ont détaillé comment leurs départements ministériels respectifs peuvent soutenir cette activité d’exploitation de l’or. Ainsi, la ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Hoyam Benfriha a révélé, de son côté, qu’une formation spécialisée, basique et de qualification, sera assurée sur les meilleurs moyens d’extraction des minerais, à l’instar de l’or, à travers des formations de différents niveaux aux jeunes.
La ministre a ajouté que «le secteur accompagne l’action de développement dans les régions du Grand Sud et un intérêt particulier sera accordé à la formation dans le domaine de l’exploitation des mines et carrières, sur des bases scientifiques, de sorte à garantir une exploitation rationnelle des ressources, selon une approche purement économique».
La ministre de l’Environnement, Nassira Benharrats, est intervenue aussi à la même occasion pour annoncer l’appui qu’apportera son département par des sessions théorique et pratique, l’ensemble des secteurs concernés par cette opération de formation, ajoutant qu’il appartient de garder en vue l’intérêt à attacher à la préservation de l’Environnement et de la biodiversité, par la réhabilitation des sites d’exploitation des gisements, assurant ainsi le développement durable. De son côté, Nassim Diafat, ministre délégué, chargé de la micro-entreprise, a évoqué les possibilités de financement des PME sont disponibles, s’ajoutant aux cas d’autofinancement, et que ces entités bénéficieront d’avantages fiscaux et parafiscaux. Dans le cadre de la même visite, la délégation ministérielle qui a inspecté le projet d’extraction de granite dans la région d’Outoul, a écouté un exposé sur la situation du secteur des Mines dans la wilaya de Tamanrasset qui renferme 27 gisements de marbre et de granite (3 sites actuellement en exploitation) et d’autres en phase d’exploration. Pour sa part, M. Arkab a fait savoir que l’importation de marbre de l’étranger se situe à 60%, «d’où la nécessité d’une réflexion sur la révision de la question de l’exploitation du potentiel existant à travers le pays, à l’instar des régions de Tamanrasset, Skikda et Tlemcen».
«Des entreprises d’exploitation de marbre et de granite seront mises sur pied pour couvrir les besoins du marché national et s’orienter vers l’exportation, en plus de générer des emplois», a assuré M. Arkab, en déplorant le fait d’importer quelque 130 articles de l’étranger, alors qu’ils sont disponibles dans le pays. Au cours de sa visite dans la région, la délégation ministérielle s’est rendue à l’Institut national spécialisé de la formation professionnelle de Tamanrasset, où un exposé a été présenté sur la rentrée de la formation, avec insistance sur le respect du protocole sanitaire, avant de visiter l’Ecole de gemmologie (partenariat algéro-brésilien) et de s’enquérir de ses activités. Au moins 81 formateurs sont sortis de cette Ecole à ce jour, activant dans divers domaines en rapport avec l’extraction et le travail de pierres précieuses, dont 38 issus de la wilaya de Tamanrasset, selon les explications fournies à la délégation.
À souligner enfin que le ministre des Mines a indiqué que les artisans activant dans le domaine des pierres précieuses bénéficieront d’un encadrement et d’une fourniture en matière première nécessaire à leur activité.
La délégation ministérielle tiendra, au terme de sa visite de travail, une rencontre au siège de la wilaya avec les représentants de la société civile locale et de PME active.
Samir Hamiche