dimanche , 14 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>SIDI BEL ABBÉS</span>:<br><span style='color:red;'>Une ville toujours très mal chaussée</span>

SIDI BEL ABBÉS:
Une ville toujours très mal chaussée

Excepté certaines artères de quartiers, le réseau routier intra-muros est toujours en piteux état. Cette situation qui perdure depuis l’hiver dernier (soit depuis le mois de février passé), complique la vie des citoyens belabbésiens et surtout transforme le Petit Paris en un grand douar comme disent une grande partie de citoyens. Et pour cause, la municipalité locale a entrepris un vaste chantier de rénovation des réseaux d’eau potable et celui d’évacuation d’eaux usées au niveau du centre ville du chef-lieu de la wilaya de Sidi Bel Abbés.

Une fois les travaux lancés, ont commencé les déboires des riverains des chaussées concernées par les travaux. Certaines voies sont devenues pratiquement impraticables pour les piétons qui faisaient des détours afin d’éviter les tonnes de boue durant les moments de pluie. Des précipitations qui ont rendu la tâche encore plus difficile car le coup d’envoi de cette opération a été donné au moment des premières grandes précipitations de l’hiver dernier . Rappelons qu’au mois d’avril, les autorités locales ont annoncé à la presse que l’opération de revêtement des artères devrait s’achever en fin du mois de mai passé. Mais au grand dam des habitants belabbésiens, l’opération de bitumage n’a toujours pas démarré et la situation demeure chaotique en ce début du mois d’août avec des tonnes de poussières inhalées par les citoyens et qui s’infiltrent dans les commerces et les maisons en ce moment de forte canicule, des routes en état de détérioration avancé, car il ne s’agit pas des nids-depoule, mais de chaussées complètement délabrées, et le pire des tonnes d’ordures qui jonchent les rues de la Mekerra. La raison est due à des anomalies dans les travaux effectuées après que des fuites d’eau ont été enregistrées dans les nouvelles canalisations installées. Une grande partie des commerçants du centre ville ont fermé rideaux au risque de voir leurs marchandises enveloppées par les poussières et leurs livreurs qui boudent le centre ville. Les taxieurs et autres particuliers évitent d’aller vers le centre ville et les principales artères pourtant censées donner depuis longtemps une belle image de l’ex Petit Paris telles les boulevards Mohamed Khemisti et Didouche Mourad, ceci face au mutisme total des associations qui se veulent défenseurs de l’environnement. Signalons que le maire de SBA a annoncé la semaine passée le début d’une vaste opération de bitumage pour ce mois d’août.
M. Bekkar