dimanche , 25 octobre 2020

Vivement l’assainissement et le véritable changement

Le fléau des bidonvilles ne cesse encore de prospérer à travers les communes oranaises, encouragé semble-t-il par la difficile conjoncture sanitaire marquée, il faut l’admettre, par le fléchissement des actions de contrôle, de prévention et de répression de ces délits d’occupation du domaine public. Des délits, commis en toute impunité, et qui s’accompagnent le plus souvent de pratiques proprement mafieuses permettant à certains de s’enrichir illicitement grâce à la vente de parcelles ou de mansardes construites en moins de 24 heures. On sait que depuis des décennies, des campagnes dites «d’éradication des bidonvilles» sont régulièrement annoncées mais inscrites au seul registre de la démagogie et des mensonges d’un système en faillite, soucieux de sa seule reconduction aux commandes. On se souvient, il y a moins de huit ans, de cet ancien Wali devenu Ministre qui affirmait haut et fort qu’il allait non seulement éradiquer tous les bidonvilles de la wilaya mais aussi résoudre la crise du logement à Oran une fois pour toutes». Aujourd’hui, avec le recul, bon nombre de citoyens oranais, dont certaines élites sociales, se demandent comment ont-ils pu être bernés par les boniments indécents d’un énième responsable local désigné à Oran on ne sait sur quels critères d’efficacité ou de compétence? Les scandaleuses péripéties dans les affaires de corruption ayant marqué l’actualité récente, ne pouvaient finalement qu’aggraver le grand déficit de confiance et de crédibilité dans les relations entre les citoyens et les pouvoirs publics. Des relations qui ne se reflètent encore aujourd’hui qu’à travers les images virtuelles d’une société civile ou d’un mouvement associatif que l’on tente de légitimer malgré ses paradoxes et son manque d’assise populaire. A Oran, bien plus qu’ailleurs, rares, très rares sont les citoyens en mesure de citer le nom d’au moins une association pouvant être applaudie pour ses efforts et son impact réel sur le renforcement du lien social et de la responsabilité citoyenne. Par contre, beaucoup peuvent montrer du doigt certains énergumènes, hier des mendiants, devenus aujourd’hui millionnaires, car installés à la tête d’une association qui n’active ouvertement que sur le registre de l’éloge et de l’allégeance au régime en contrepartie de coquettes subventions. … Vivement l’assainissement et le véritable changement.
Par S.Benali