lundi , 28 septembre 2020

«Zéro rejets en mer»: Un slogan pour cultiver les illusions

La plage artificielle «Les Genêts», aménagée il y a plus d’un an sur le littoral de la frange marine entre le port d’Oran et Canastel, vient d’être fermée et interdite à la baignade par un arrêté du Wali signé mardi dernier. Cette décision de l’autorité locale est expliquée par les résultats d’analyse des échantillons d’eau de mer prélevés le long de cette plage qui indiquent la présence de substances polluantes pouvant être dangereuses pour la santé des baigneurs. Selon le communiqué de la wilaya, publié sur son site officiel, la décision de fermeture de la plage artificielle et son interdiction à la baignade a été prise sur proposition de la direction de la Santé et de la Population de la wilaya d’Oran, appuyée par un rapport de situation émanant de la direction de l’Environnement de wilaya. Plutôt surpris et intrigués par cet arrêté d’interdiction de la plage à la baignade, bon nombre d’oranais anonymes se sont interrogés sur les véritables raisons motivant cette décision prise en plein été. D’autant plus que le site concerné est connu, depuis des décennies, pour être un lieu apprécié par les pêcheurs à la ligne et la baignade, même interdite, par des groupes de jeunes et d’adolescents en quête de détente et d’évasion. Ce qui avait incité, on s’en rappelle, l’ancien Wali Mouloud Chérifi à autoriser le lancement des travaux d’aménagement de la plage artificielle. Des travaux, disait-on, entièrement et gratuitement réalisés par la société étrangère en charge de la réalisation de la nouvelle route reliant le port d’Oran au 3ème périphérique. Un axe routier longeant le littoral au pied des falaises de la frange marine et dont les travaux d’achèvement, eux aussi, traînent en longueur. Mais comment peut-on croire que cette partie du littoral aurait été subitement polluée par on ne sait quel déversement de produit dangereux, se demandent des observateurs avertis sachant qu’il y a un an à peine, cette plage artificielle était ouverte au public ? En réalité, personne n’ignore le grave fléau du déversement des eaux usées sur le littoral oranais qui date, on le sait, de plusieurs décennies et qui n’a jamais été pris en charge de manière cohérente et rigoureuse. Il y a quelques jours, des vidéos ont été publiées sur le web montrant des rejets de quantités importantes d’eaux usées au niveau des zones mitoyennes à la plage artificielle… Pourtant des crédits colossaux ont été dépensés pour la réalisation et la mise en service du fameux projet de refoulement des eaux usées de la partie basse d’Oran vers la station d’épuration d’El Kerma. Un méga projet lancé sous le slogan «zéro rejets en mer». C’est, hélas, loin d’être le cas !
Par S.Benali